Critiques

Vu au cinéma : Hungry hearts

hungry-hearts-affiche-54c1123ead189Jude est Américain, Mina Italienne. Ils se rencontrent à New York, tombent fous amoureux et se marient. Lorsque Mina tombe enceinte, une nouvelle vie s’offre à eux. Mais l’arrivée du bébé bouleverse leur relation. Mina, persuadée que son enfant est unique, le protège de façon obsessionnelle du monde extérieur. Jude, par amour, respecte sa position jusqu’à ce qu’il comprenne que Mina commence à perdre contact avec la réalité.
Saverio Costanzo est italien et c’est son quatrième long-métrage. Hungry Hearts est un drame psychologique à huit clos et ça se ressent. Mina est une mère qui veut protéger sa progéniture d’un monde extérieur cruel et pollué et ça se comprend. Jude est un père désemparé prêt à tout pour sauver son fils, qui voit sa femme s’enfermer dans un monde à part déconnecté de la réalité mais qui cherche à sauver tout le monde car comme il le dit « elle n’a plus de famille, elle n’a que nous« . L’enfant n’a pas de nom mais il n’en a pas besoin car il n’est pas le centre de l’histoire. Le final est déchirant mais nous montre jusqu’où nous pouvons aller par amour.

Hungry Hearts n’est pas le film de l’année mais c’est un très bon film et c’est suffisant.

Ma note : ♥♥♥♥♥

1 réflexion au sujet de “Vu au cinéma : Hungry hearts”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s