Critiques

[CRITIQUE] Don’t Breathe : Plus thriller que film d’horreur

185379-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Ne vous fiez ni au titre, ni à sa catégorisation en tant que « film d’horreur » ni même à l’interdiction aux moins de 16 ans. Parce qu’après la débandade de films d’horreurs plus mauvais les uns que les autres, Don’t Breathe avait toutes les cartes en main pour suivre Morgane, Blair Witch et compagnie dans la catégorie des films d’horreurs rapidement oubliés. Sans compter cette phrase d’accroche en haut de l’affiche : « Le meilleur film d’horreur américain des 20 dernières années » aka la phrase qu’on nous a sorti à chaque film d’horreur. Et pourtant, les apparences sont parfois trompeuses. Parce que derrière ses allures de film d’horreur de bas étage, Don’t Breathe s’avère être plutôt efficace.

Quand un trio de jeunes voleurs rêvant d’évasion en Californie décident de dérober une petite fortune cachée dans la maison d’un ancien militaire rendu aveugle par un éclat d’obus et dont la fille est décédée, ils ne sont pas préparés à la nuit d’horreur qu’ils vont vivre et le vieillard, bien qu’aveugle, s’avère bien plus dangereux qu’il n’y paraît. A vrai dire, ce film réalisé par Fede Alvarez (à qui ont doit le plus ou moins réussi Evil Dead en 2013) s’apparente plus à un thriller psychologique qu’à un film d’horreur à proprement parlé.

Le décor, un personnage à part

Ici l’action s’installe dans la ville de Détroit et c’est loin d’être un choix anodin parce qu’avec ses usines désaffectées, ses maisons en ruines et ses rues fantômes, cette ville est l’endroit idéal pour n’importe quel film d’horreur. Mais au-delà du décor glaçant, Détroit c’est avant tout le reflet de la société et le reflet de ces trois jeunes qui ne sont pas méchants, juste coincés dans une misère sociale et économique et dont la Californie semble être la solution. Une première partie de film plutôt intéressante qui installe l’intrigue rapidement pour finalement foncer dans le feu de l’action dans la deuxième partie du film qui se déroule dans la maison du vieillard.

Même l’intérieur de cette maison vide de toute vie rappelle Détroit dans ses moindres détails. L’effet poussiéreux, silencieux, les murs délavés et les vieux parquets qui grincent. On y est, on flippe, on sait que quelque chose va arriver mais on ne sait pas quoi (enfin si vous avez vu la bande-annonce vous savez) et c’est là qu’Alvarez joue avec nos nerfs pendant ces 1h29. Aucun moment de répit n’est laissé au spectateur ni même à ses personnages coincés dans cette maison qui paraît soudainement aussi immense qu’étriquée.

Un scénario qui tient debout (pour une fois)

Au fur et à mesure, le spectateur comprend vite que cette maison est loin d’être banale, tout comme son occupant et le secret qu’il cache. Il n’y a pas que l’argent qu’il protège (quoiqu’un peu quand même) mais quelque chose de bien plus inquiétant et une fois que les protagonistes le découvre en même temps que le spectateur, franchement soyons honnêtes, on reste sur le cul. Sans compter les moults rebondissements qui vont en découler. Ce qui permet aussi au spectateur de prendre part. Doit-on être pour les voleurs ou pour le volé ? Après tout si ces jeunes n’étaient pas rentrés, rien de tout cela ne serait arrivé.

Un scénario solide, bien ficelé qui dessert un réalisateur talentueux qui nous offre des plans différents à tout va, jouant sur le suspens, la peur mais aussi le noir. Parce qu’en plus de l’handicap du vieillard, les scènes où nos protagonistes sont plongées dans le noir vous feront bien sursauter une ou deux fois. Quelques petites incohérences persistent malgré tout et franchement s’ils avaient été malins, ils s’en seraient sortis indemnes je vous l’assure.

Parmi les nombreuses daubes en matière de film d’horreur qu’on nous a servit cette année, Don’t Breathe arrive à tirer son épingle du jeu en nous proposant un film qui joue avec nos nerfs, nous empêchant parfois même de respirer.

Ma note : ★★★★★

1 réflexion au sujet de “[CRITIQUE] Don’t Breathe : Plus thriller que film d’horreur”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s