Critiques

[CRITIQUE] Le Disciple : Sublime et dérangeant

499795-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

A première vue, Vienamin est un simple adolescent qui, comme la plupart de ses camarades, traverse une crise d’adolescence. A première vue seulement. Parce que Vienamin se plonge constamment dans la Bible et use et abuse des Ecritures pour critiquer et démanteler tous les principes de son lycée en passant par les tenues de natation jusqu’à la théorie de l’évolution. Et pour contrer ce fanatisme religieux, seule sa professeur de biologie osera s’interposer et venir jouer sur son terrain, quitte à en payer le prix.

Des personnages au charisme indéniable

Outre le sujet passionnant qu’aborde le film, Le Disciple doit surtout sa force à son personnage principal Petr Skvortsov (merci les noms russes hein) qui dégage une force à la fois impressionnante et effrayante. Quelque chose dans son regard prouve qu’il est sûr de lui, de ce qu’il avance et de la véracité des Ecritures même si celles-ci montrent parfois des incohérences. Vienamin doit changer les choses et à la force de sa conviction et de sa Bible, il va presque arriver à convaincre le corps enseignant excepté Elena Lvovna, professeur de biologie qui voit en Vienamin, un danger pour autrui là où les autres enseignants et la directrice n’y voient qu’une simple crise.

Mais ce que révèle avant tout Vienamin, c’est une société russe encore régit par l’homophobie, l’antisémitisme et où Staline apparaitrait comme « un excellent manager« . Une Russie encore sombre où un adolescent presque aussi sombre est fanatique et en colère. Prêt à tout, prêt à mourir, prêt à tuer pour la Bible, pour son Dieu.

Des scènes chocs

Avec un tel casting, il faut un film à la hauteur et le réalisateur russe (ne me demandez pas son nom, vous n’aurez qu’à lire l’affiche) s’en sort plutôt pas mal avec une réalisation prenante et des scènes qui marquent les esprits comme celle où Vienamin porte une croix qu’il a fabriqué sur son dos, tel le Christ ou encore celle avec son « disciple » Grigoriy qui commet le pêché de l’embrasser et donc de dévoiler son homosexualité.

Et puis Le Disciple c’est avant tout une réflexion sur le fanatisme religieux et toutes les conséquences désastreuses qu’il peut engendrer. Est-ce que Vienamin est bon ou mauvais ? C’est là que repose toute l’ambiguïté de son film car sous couvert de servir un Dieu plus puissant que lui, cet adolescent refermé, vêtu de noir et au visage sombre, sert plutôt sa cause et extériorise cette violence.

Le seul point négatif qu’on pourrait reprocher à ce film c’est peut-être que la seconde partie où toute la fureur de Vienamin se déverse est plus intéressante et captivante que la première partie où tout se met en place petit à petit. Sans compter cette relation tout en provocation entre lui et sa professeur de biologie prête à tout pour lui ouvrir les yeux et qui au final passera pour une folle.

Le Disciple est un film d’une puissance impressionnante, reflet d’un extrémisme religieux dangereux et au personnage principal qui crève littéralement l’écran par sa présence et son jeu d’acteur.

Ma note : ★★★★★

0 comments on “[CRITIQUE] Le Disciple : Sublime et dérangeant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :