[CRITIQUE] Une Vie Ailleurs : Qu’est-ce c’est qu’être bonne mère ?

Être une bonne mère qu’est-ce que c’est ? Une mère est celle qui vous met au monde ou celle qui vous élève ? Des questions sur l’éducation et l’amour d’une mère quand elle retrouve son fils, kidnappé et emmené en Uruguay par son ex-mari quatre ans auparavant.  Des retrouvailles qui ne se déroulent pas comme prévu puisque le petit Felipe élevé par sa grand-mère et sa tante semble heureux et épanoui là où il est. Le petit garçon a déjà une autre vie, ailleurs, loin de sa mère.

Le duo Isabelle Carré et Ramzy Bedia fonctionne parfaitement

A la tête de ce drame, on retrouve Isabelle Carré dans un rôle à contre emploi. Celle qui est d’habitude si douce joue un rôle beaucoup plus froid, dès les premières secondes elle apparait déterminée mais aussi distante, le regard vide… Celui d’une mère désespérée au fond, une mère qui traverse la planète pour retrouver son fils qui a été enlevé. Une carapace qui va se fendre seulement vers la toute fin lorsqu’elle comprend enfin que tout ce qu’elle fait est en vain. A ses côtés, Ramzy Bedia l’accompagne. L’assistant social qui décide de l’accompagner pour d’abord kidnapper l’enfant et qui finalement va s’avérer être la voix de la raison. Un jolie rôle d’ailleurs pour l’acteur qui casse définitivement son image de comique et qui arrive à nous émouvoir tout au long du film.

Une aventure humaine à travers les petites rues cabossées d’Uruguay où le destin de plusieurs personnes va se jouer. Celui de Sylvie qui n’attend qu’une chose retrouver son fils, Felipe le petit garçon qui jusque là croyait que sa mère était morte et enfin la grand-mère et la tante du petit qui l’ont élevé comme leur propre fils. Au cours de ce périple jonché de sourires, de bonne humeur mais aussi de difficultés, on comprendra rapidement que Felipe n’a pas besoin de sa mère, il a toujours été élevé par sa grand-mère et sa tante alors forcément les retrouvailles sont forcément hostiles. On regrettera cependant le trop peu de scènes entre Sylvie et son fils qui d’ailleurs sont parfois surjouées.

A travers ce drame, Olivier Peyon nous offre une véritable aventure humaine pleine d’émotion sans jamais tomber dans les travers du pathos. Avec un très beau duo qui se complète parfaitement et une belle réflexion quant à l’éducation et le rôle d’une mère.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s