[CRITIQUE] L’Opéra : Une plongée sans concession au coeur d’une institution légendaire

Dans la frénésie des films sortis ces derniers temps et entre les blockbusters du type Ghost in the Shell ou Power Rangers et des comédies plus ou moins réussies, il est parfois agréable de se détendre et apprécier ce qu’on fait de mieux en France, une institution, un mastodonte dont la réputation n’est plus à faire. Jean-Stéphane Bron s’est immergé pendant plus d’un an et demi dans les entrailles de cet endroit mythique entre danse, chant mais aussi une administration en mouvement et des désillusions.

Une fourmilière humaine et culturelle

Ce qui frappe dans ce documentaire c’est l’aspect humain qui est représenté tout au long du film. Il y a les danseurs et les chanteurs certes, les professeurs ainsi que le directeur Stéphane Lissner mais derrière ces grandes figures de l’Opéra se cachent des petites mains qu’on ne voit jamais et qui pourtant font fonctionner cette immense machine. Les techniciens, les metteurs en scène… chacun d’entre eux forment les pièces de ce système qui s’emboite pour fonctionner à plein régime quand il le faut.

L’Opéra de Paris c’est également un rayonnement culture, où toutes les nationalités se mélangent pour créer quelque chose d’unique. Durant tout le documentaire, nous suivons par exemple ce jeune chanteur Russe à la voix d’or qui découvre Paris et sa culture ou encore ce groupe d’enfants violonistes qui apprennent la rigueur de la discipline. Des tranches de vie, capturées magnifiquement par la caméra de Jean-Stéphane Bron entre la danseuse qui sort de scène et s’effondre d’épuisement ou les techniciennes en coulisses qui chantonnent à la virgule près la partition.

L’Opéra de Paris : Ses joies et ses difficultés

Ce qui est intéressant dans ce documentaire c’est aussi les failles de cette institution. Forcément, tout ne peut pas toujours fonctionner correctement. Et c’est ainsi que nous assistons aux difficultés notamment pour le directeur de l’Opéra de faire face à la grève des syndicats, un chanteur qui se désiste deux jours avant la représentation, le directeur de la danse qui démissionne ou le prix des places qui font débat. Chaque institution a ses problèmes et nous voilà plongé en plein coeur de toute cette agitation alors encore inconnue à nos yeux.

Ne pas inclure de voix-off est un choix intelligent ici. Le spectateur a toute sa place, comme s’il était aux côtés des différents protagonistes tout au long du documentaire. Ainsi nul ne peut parasiter ce qui se déroule sous nos yeux et on peut pleinement profiter des représentations de danse, de chant et des répétitions comme une immersion totale.

L’Opéra est un très beau documentaire rendant hommage à l’une de nos plus belles institutions avec ses joies, ses difficultés mais aussi et surtout ses moments de grâce et de légèreté que seul l’Opéra de Paris peut nous offrir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s