Cannes 2017, Critiques

[CANNES 2017] Sea Sorrow : Un documentaire coup de poing

Pour le premier jour de festival, Vanessa Redgrave vient probablement de laisser une belle empreinte dans les esprits et au cinéma. Après plus de 90 films en tant qu’actrice, c’est aujourd’hui à 80 ans que l’actrice britannique se lance dans la réalisation avec son premier long-métrage. Le documentaire Sea Sorrow revient sur cette crise qui touche l’Europe et les réfugiés à travers des témoignages, des images d’archives, plusieurs générations qui se confrontent mais aussi le théâtre et l’histoire pour comprendre, dénoncer et peut-être enfin faire bouger les choses. Qui sait, après tout le cinéma peut parfois faire des miracles.

Une vie consacrée aux plus démunis

La beauté, le talent et la générosité de Vanessa Redgrave n’est plus à démontrer depuis de nombreuses années et pourtant avec ce premier documentaire, c’est une toute nouvelle partie de l’actrice qu’on découvre, plus intimiste, plus profonde mais qui explique surtout pourquoi elle a dédié sa vie et a usé de sa popularité pour pouvoir mettre en lumière un problème qui prend de plus en plus d’ampleur en Europe : celui des réfugiés. Un passé qu’ils cherchent à fuir à tout prix, un présent fait d’embûches et un futur plus qu’incertain, voilà ce que subissent des milliers de réfugiés que ce soit à Calais, en Italie ou encore en Grèce. Une situation presque devenue normale qui est loin de l’être pourtant.

Vanessa Redgrave et les intervenants du film pointent surtout du doigt la Grande-Bretagne et son Gouvernement totalement inactif face à la situation alors qu’ils avaient fait de nombreuses promesses. Ah la politique… alors que derrière se trouve des milliers d’être humains qui se retrouvent du jour au lendemain sans rien. Sans forcément nous prend absolument par les émotions, la réalisatrice nous alarme sur une situation qui ne fait que se détériorer à travers toute l’Europe et ne cesse de nous rappeler l’histoire et surtout les droits des hommes parce que oui dans la société actuelle on a tendant à les oublier ces droits. Loin d’être non plus pessimiste, Sea Sorrow est plein d’espoir entre ces jeunes enfants prêts à accueillir et aider des réfugiés, les différentes associations qui oeuvrent dans l’ombre et ces enfants qui ont pu se réfugier en Angleterre. Vanessa Redgrave nous prouve que c’est possible et que nous tous pouvons -et devons- faire bouger les choses.

Et comme évidemment Vanessa Redgrave est une femme cultivée et de théâtre avant tout, c’est non sans grand plaisir que des acteurs se prêtent à l’exercice du théâtre sur des pièces de Shakespeare, simple mais terriblement efficace.

C’est indéniable, Vanessa Redgrave est une femme de talent, sincère et authentique dans son propos et son approche du problème. Concourant pour la Caméra d’Or (Prix remis pour le meilleur premier long-métrage), Sea Sorrow est déjà un sacré adversaire et c’est avec élégance qu’à 80 ans, Vanessa Redgrave vient marquer le coeur et l’esprit du Festival de Cannes. En tout cas nous on vous souhaite bonne chance Vanessa !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s