[CRITIQUE] Baywatch : Alerte au nanar

Les plages de sable blanc, les surfeurs bodybuildés et plus huilés que des frites, de belles filles aux belles poitrines, des sauveteurs en maillot de bain rouge, on y est, on est à Malibu. Ceux qui cherchent un film d’action passez votre chemin et économisez vos 11€ pour vous acheter de quoi vous désaltérer. Le remake d’Alerte à Malibu se veut décalé, drôle, excentrique, aux effets spéciaux plus que bon marché bref du vrai nanar comme on les aime… ou pas selon certaines personnes.

La différence entre un mauvais film et un nanar ? Le mauvais film est mauvais tandis que le nanar est tellement mauvais qu’il en devient bon. Voilà comment on pourrait décrire Baywatch. Dans ce remake, Mitch Buchannon est de retour sur la plage de Malibu avec une toute nouvelle équipe et une nouvelle recrue : Matt Brody. Aussi séduisant qu’horripilant et égoïste, il devra faire équipe avec les sauveteurs de la Baie pour déjouer un complot menaçant justement l’avenir de la Baie.

Plus con tu meurs

Dès les premières minutes du film on comprend assez vite que Baywatch sera un peu le Sharknado de Malibu. Effets spéciaux de bas étage et fonds verts utilisés à outrance, le ton est donné bref ne venez pas vous plaindre après ça. Côté casting, on retrouve le colossal Dwayne Johnson dont l’humour égale sa masse musculaire. Zac Efron et sa plastique parfaite fera hurler plus d’une jeune fille et il faut dire que son duo avec Dwayne Johnson fonctionne très bien. Pour reprendre le rôle de Pamela Anderson, Seth Gordon a fait appel à la plantureuse Kelly Rohrbach. A ses côtés on retrouve aussi les sublimes Alexandra Daddario et Ilfenesh Hadera. Sans oublier Jon Bass, sauveur stagiaire un brin maladroit et désespérément amoureux de la belle C. J. Parker.  Cette équipe de charme et de choc va donc devoir déjouer les plans de la ténébreuse Victoria Leeds aka Priyanka Chopra.

Le scénario tient plus ou moins la route malgré quelques incohérences et inutilités mais soyons honnêtes si on vient voir Baywatch c’est certainement pas pour le scénario.

Laissez votre cerveau à l’entrée du cinéma (ça tombe bien ça permettra de faire un peu d’aération vu la chaleur) et laissez-vous emporter par l’humour de ce film totalement nanarisé. Le petit plus de ce film ? Les caméos de David Hasselhoff et Pamela Anderson dans leurs rôles respectifs avec en fond sonore la bande-originale d’Alerte à Malibu et ça y est, nous sommes dans le kitsch assuré (et assumé).

2 commentaires sur « [CRITIQUE] Baywatch : Alerte au nanar »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s