[CRITIQUE] Transformers The Last Knight : Rien de nouveau au pays du blockbuster américain

Cinq ans après le dernier opus, Michael Bay est de retour, toujours accompagné de ses valeureux robots Transformers. Et une nouvelle fois le réalisateur nous montre l’étendue de son talent lorsqu’il s’agit de réaliser un blockbuster on ne peut plus convenu et on ne peut plus américain. On reprend les mêmes et on recommence sauf que ces supra-blockbusters aux budgets indécents au scénario bateau et aux personnages aussi vides qu’un oeuf Kinder bah on en a marre. 

Mal de crâne en approche

Transformers : The Last Knight est probablement le film le plus déstabilisant que j’ai jamais vu. A quel moment Michael Bay s’est dit : « Tiens et si je changeais de format d’image toutes les cinq secondes ? ». Certains ne s’en sont pas rendus compte et quant aux autres, c’est juste insupportable pour les rétines. Ce changement incessant de format n’a d’utilité que de filer un mal de crâne en fin de séance. Le film accumule toutes les facilités du traditionnel blockbuster américain dopé aux effets spéciaux à tout va. Heureusement ici ils sont plutôt réussis et les amateurs du genre s’en prendront plein les mirettes.

Les simplicité du scénario sont assez affligeantes sans compter les personnages féminins relégués au second plan comme à chaque fois, belles, un peu naïves et qui tombent forcément amoureuses du beau héros aux biceps d’aciers. Et enfin le pompon sur le Garonne (à lire avec l’accent du sud) on apprend que les Transformers existent depuis mille ans et Michael Bay vient nous détruire le mythe du Roi Arthur et de Merlin en un claquement de doigts. Du grand n’importe quoi.

Toutes les bonnes choses ont une fin. Celle de Transformers s’est fait sentir à la fin du troisième opus. Le quatrième était peu convaincant mais lorsqu’on voit le cinquième on est en droit de se poser quelques questions. Les aficionados du genre science-fiction et des gros blockbusters seront ravis. Alors oui c’est sympa à voir, mais c’est tout.

2 commentaires sur « [CRITIQUE] Transformers The Last Knight : Rien de nouveau au pays du blockbuster américain »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s