[INTERVIEW] Maxime Butel : « J’étais comme un gosse devant Nolan ! »

Des critiques unanimes, un engouement sans précédent… Le dernier film de Christopher Nolan, Dunkerque, est d’ores et déjà l’un des films de l’année. Une immersion totale dans l’opération Dynamo menée sur les plages du nord pendant mai 1940. Pour l’occasion, le réalisateur avait vu les choses en grand avec une reconstitution minutieuse mais également plus de 1200 figurants présents. Parmi eux, un petit frenchie du nom de Maxime Butel. A 27 ans, ce jeune homme de Boulogne-sur-Mer a eu l’immense privilège d’avoir fait parti de ces figurants. Une expérience inoubliable que nous raconte Maxime. 

 

Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, Dunkerque, Baron Noir… A quand une carrière d’acteur ?
Difficile à dire. Le plus tôt sera le mieux. Il est vrai qu’une carrière d’acteur laisse rêveur mais c’est utopiste, je reste terre à terre car très peu y parviennent, la route est longue et parsemée d’embûches. Pour l’instant, c’est uniquement de la figuration mais j’ai eu une chance phénoménale d’être sur une production hollywoodienne réalisée par Christopher Nolan, une série Canal + ainsi qu’une série France 2 diffusée sur Netflix,

 

Lorsqu’on tourne dans une superproduction comme Dunkerque, est-ce qu’on arrive à faire abstraction des caméras et à se plonger à 100% dans l’histoire ?
Il était assez facile de se plonger dans le contexte historique pour plusieurs raisons : Chaque matin on se fait coiffer comme dans les années 1940 , on nous maquille pour nous noircir le visage, le cou et les mains et on ajoute également des blessures. On nous habille avec des répliques de costume d’époque en laine (pantalon + veste + gabardine), un marcel sous la veste et de véritables rangers très peu confortables.

Les véhicules historiques présents lors du tournage : de véritables Speedfire nous ont survolés, les bateaux sur lesquels nous sommes montés comme le Princess Elizabeth avait réellement participé à l’opération Dynamo (il a été reconverti en restaurant et est visible à Dunkerque) ou encore l’armada de bateaux civils « Little Ship » avec une grande majorité ayant aussi participé à l’opération Dynamo. Par ailleurs, les dates de tournage ont eu lieu aux mêmes dates que l’opération Dynamo, à partir du 26 mai.

Il faut également savoir que les fumées et explosions ne sont pas des effets spéciaux rajoutés en post production, tout était vrai pour un réalisme visible à l’écran. D’ailleurs, nous étions très peu au courant des artifices mis en place, mais avec beaucoup de sécurité quand même, ce qui fait que nous sursautions vraiment lors des explosions sur terre comme en mer. Enfin, l’attente interminable entre les scènes sur des journées de plus de 12 heures nous plongeaient dans la même attente que les soldats Anglais.

 

Qu’est-ce qui t’as le plus impressionné durant le tournage ?
Tellement de choses m’ont impressionné que je suis obligé d’en citer plusieurs : le nombre de figurants sur la 1ère journée de tournage (1200), les explosions réelles, les véhicules d’époque, voir les cascadeurs en action et enfin voir Christopher Nolan travailler et donner des indications scéniques même aux figurants.

 

Les émotions ressenties lors du tournage, les conditions météorologiques compliquées… Qu’est-ce qui a été le plus dur à gérer ?
J’étais comme un gosse devant Nolan, toujours à quelques mètres de moi comme je faisais partie du groupe 2 des figurants. Effectivement les conditions météorologiques étaient vraiment compliquées, du vent, la brume, pluie, du froid combiné à des grosses journées : convoqué à 5h00 du matin jusque 19h00 parfois. Beaucoup de gens ont abandonné, c’est d’ailleurs ce qui m’a permis de faire une quinzaine de jours au total.

 

S’il n’y avait qu’un souvenir à retenir de ces deux semaines de tournage ?
J’ai une chance inouïe de faire une scène ou l’on m’a customisé car je n’étais pas assez «dirty » selon le chef costumier, j’ai été remaquillé et ils m’ont également fait de fausses blessures sur le visage pour ensuite tourner un plan où le focus de la caméra a été fait sur moi avec un mètre. Nous avons quelques prises de ce plan qui malheureusement n’a pas été gardé au montage, mais j’ai espoir qu’il y ait une version longue lors de la sortie en DVD

 

Et sinon ça fait quel effet de se voir sur grand écran ?
C’est un sentiment partagé entre une immense joie et une certaine déception. Les plans sont très rapides donc on peut me voir 8-9 fois dans le film mais il ne faut pas cligner des yeux. Sinon c’est l’aboutissement d’un an d’attente depuis le tournage de voir le rendu des scènes dans lesquelles j’ai tourné et quand même une énorme satisfaction d’être gardé au montage, dont une scène où je suis au premier plan.

 

Et l’après-Dunkerque se passe comment ?
Une expérience magique qui ne s’est d’ailleurs pas terminée après le tournage. En effet, j’ai eu la chance d’être invité par la Warner Bros à l’avant première officielle du film à Dunkerque en présence de l’équipe technique, des acteurs et de Christopher Nolan.

J’ai été interviewé par TF1 pour le JT de 13H, France 3, BFM TV , Midi en France et des journaux locaux comme La Voix Du Nord et la Libre Belgique, et des blogs : comme Morgan et son ciné : interview vidéo d’une heure ainsi que Boulogne LifeStyle.

 

Un film dans lequel tu aurais rêvé de jouer ?
Étant passionné de cinéma il m’est difficile de choisir mais si je dois en choisir un, je dirais Il faut sauver le soldat Ryan de Steven Spielberg.

 

Et pour conclure la question OnSeFaitUnCiné. Si on devait se faire un cinéma, quel film vous nous emmèneriez voir et pourquoi ?
J’adore Quentin Tarantino et plusieurs films me viennent en tête mais Pulp Fiction est un de mes classiques, L’histoire sanglante et folle de petits malfrats dans la jungle de Hollywood à travers trois histoires qui s’entremêlent avec un casting hallucinant :John Travolta, Samuel L Jackson, Uma Thurman, Bruce Willis, Harvey Keitel, Ving Rhames, Rosanna Arquette et Tim Roth,
Je vous invite d’ailleurs à voir tous ses films : Reservoir Dogs, Jackie Brown, Kill Bill Vol 1 & 2, Boulevard de la mort, Inglorious Basterds, Django Unchained et enfin Les Huit Salopards.

Dunkerque de Christopher Nolan est actuellement en salle. Vous pouvez retrouver Maxime Butel sur Twitter et Instagram.

Un commentaire sur « [INTERVIEW] Maxime Butel : « J’étais comme un gosse devant Nolan ! » »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s