Critiques

[CRITIQUE] Les nouvelles aventures de Cendrillon : Pourquoi il ne faut surtout pas soutenir ce film

Peut-être que c’est une simple question de timing (les différents scandales sexuels qui émergent, la prise de parole des femmes sur Twitter avec le hashtag #Balancetonporc…), peut-être que c’est très maladroit, peut-être que c’est très mal écrit mais le résultat reste le même, Les Nouvelles aventures de Cendrillon ne fonctionne pas. Mieux, il a de quoi rebuter. En plus de ne pas vous faire décrocher un sourire, la nouvelle comédie de Lionel Steketee (qui réalisera par ailleurs Aladd’2) est un condensé de clichés plus sexistes les uns que les autres. Bref, ce n’est pas avec ce genre de films que la condition féminine risque d’aller de l’avant.

Il est assez aberrant de retrouver en 2017 cette vision archaïque de la femme. Certes, le conte original dépeint une jeune fille devenue la bonne à tout faire et souffre-douleur de sa belle-mère et de ses belles-soeurs… au XVIIe siècle (voir même avant selon les versions) ! Cher Lionel Steketee bienvenu au XXIe siècle ! Un siècle formidable où la femme n’est plus réduite à la babysitter, la bonniche et ce n’est certainement pas en accumulant les clichés sexistes que vous allez nous aider. Parce qu’il faut le dire, la liste des clichés est très longue et devient de plus en plus irritante au fur et à mesure du film.

Alors on se dit au début que le film n’est pas génial, n’est pas très drôle mais c’est tout. Mais non ! On décide de nous achever une première fois avec Andy Cocq dans le rôle de la marraine. Pourquoi ? Parce que la marraine habite dans « Le Marais ». Subtil hein ? Autant qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Et comme si ça ne suffisait pas, la bonne marraine a transformé les sept nains en sept gigolos aux pectoraux apparents (ah bah oui faut bien satisfaire le public féminin). Oui parce que le réalisateur ne s’attelle pas seulement à massacrer Cendrillon : il prend également bien soin de s’occuper de Blanche-Neige, du Petit chaperon rouge et évidemment de la Belle au bois dormant chez qui c’était « porte ouverte » pour l’embrasser. Honnêtement on n’est plus à ça près.

On continue la liste ?

Ce film est honteux pour les films qui défendent l’image de la femme, pour les femmes qui veulent faire valoir leurs droits et leur image. Parlons maintenant de ce fameux bal transformé en speed-dating avec le Prince. La prétendante ne s’épile pas sous les bras ? Suivante. Elle refuse de faire le ménage ? Suivante. Elle n’est pas spécialement belle ? Suivante. Et quand on lui propose un dernier rendez-vous entre les deux belles-soeurs de Cendrillon évidemment on choisira la plus belle. Tout ceci parait tellement logique. Et quand on se dit qu’on a touché les bas-fonds de la médiocrité, finalement une autre couche vient se rajouter. Cendrillon arrive enfin dans sa belle robe d’un bleu ciel éclatant et commence… un strip-tease. Bon allez une danse très lascive en toute petite tenue. Grands écarts, on remue le fessier et allons-y gaiement puisque pour séduire un homme il faut visiblement se mettre à moitié à poil.

Nous connaissons tous la suite de l’histoire, Cendrillon part et perd sa chaussure, le Prince va la faire essayer à toutes les jeunes filles du royaume jusqu’à tomber sur Cendrillon, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Petit changement de programme pour Cendrillon puisqu’il faut le rappeler ce film est une revisite du conte original. Et quoi de plus original que Cendrillon qui perd son soutien-gorge ? Heureusement pour nous et notre petit coeur que cette idée n’a pas été gardée. Revenons-en aux faits. Le Prince récupère la chaussure et se met donc en quête de retrouver à qui elle appartient mais évidemment mieux vaut qu’elle aille à une belle fille plutôt qu’à une moche. Et si elle a une poitrine opulente c’est le combo gagnant ! Je ne vous dévoilerai pas la fin puisqu’ici c’est toujours garanti no spoiler mais il est temps de vous parler franchement.

Je n’aime pas utiliser le « je ». Parce que j’estime que chacun est libre de penser ce qu’il veut, de voir ce qu’il veut et c’est ça la beauté du cinéma. Mais récemment quelques collègues blogueuses cinéma ont élevé la voix pour s’exprimer (vous pouvez retrouver leurs magnifiques témoignages ici, ici, ici et ici) sans compter tous ces scandales qui viennent ébranler toute notre petite société parce que oui les femmes en ont marre et s’indignent aujourd’hui. Alors peut-être que le film est mal tombé, qu’il ne voulait en aucun cas blesser qui que ce soit mais Les nouvelles aventures de Cendrillon est un film profondément sexiste en plus d’être mauvais. Et vous savez ce qui est le plus triste à constater dans tout ça ?

C’est que dans la salle, seuls les hommes ont ri du début à la fin.

Les nouvelles aventures de Cendrillon de Lionel Steketee, France, 1h30
Actuellement en salles

0 comments on “[CRITIQUE] Les nouvelles aventures de Cendrillon : Pourquoi il ne faut surtout pas soutenir ce film

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :