[CRITIQUE] Coco : Pixar de retour plus en forme que jamais

Les studios Pixar nous régalent en cette fin d’année avec Coco. Et provenant du créateur (entre autres) de Toy Story 3 et Monstres & Cie, cette nouvelle création ne pouvait laisser présager que du bon. En abordant El día de los muertos (Le jour des morts au Mexique) avec tendresse et bonne humeur, Pixar peut se vanter d’avoir réalisé l’un des films d’animations de l’année, rattrapant ainsi au passage les moyens Cars 3 et Le Monde de Dory

Miguel est un petit garçon plein de vie et dont le seul rêve est d’être musicien comme son idole : Ernesto de la Cruz. Malheureusement la musique est bannie de sa famille depuis plusieurs générations sans vraiment savoir pourquoi. Bien décidé à prouver son talent, Miguel se retrouve  par mégarde dans le Pays des morts lors d’El día de los muertos. Là-bas il y retrouve une partie de sa famille et avec l’aide d’Hector, Miguel va vivre une épopée fantastique qui lui inculquera les vraies valeurs de la famille et lui permettra de découvrir l’histoire qui se cache derrière sa propre famille.

COCO

Aborder la mort avec bienveillance

Comme à son habitude, Pixar aime traiter de sujets sérieux mais avec toujours cette légèreté qui les caractérise. Cette fois, c’est l’épineux sujet de la mort qu’ils abordent dans Coco. Avec le jour des morts, le réalisateur de Toy Story 3 arrive à élever cette fête sacrée au Mexique à une magnifique rêverie poétique avec notamment ce magnifique plan sur le pont reliant le monde des vivants et celui des morts. Coco regorge d’univers plus colorés et musicaux les uns que les autres offrant ainsi une toute autre idée de ce que pourrait être le monde des morts. Le film vague habilement entre les genres pour tantôt nous faire rire et tantôt nous faire pleurer tout en gardant sa pêche légendaire et ses scénarios plus élaborés qu’il n’y parait notamment grâce à son twist remettant en cause nos certitudes et celles des personnages.

Pixar franchit un pas de géant avec sa nouvelle production extrêmement audacieuse que ce soit sur le scénario que visuellement parlant. Avec énormément de pudeur, le film évoque la mort mais surtout célèbre la vie, le devoir de mémoire envers les morts et l’importance de la famille et de ce qu’ils représentent pour nous. Comme à chaque fois plusieurs niveaux de lecture sont offerts aux petits et aux plus grands et promettent sans aucun doute de (très) grosses larmes en perspective.

Il aura donc fallu attendre deux ans après Vice-Versa pour que Pixar s’érige de nouveau au rang de meilleur studio d’animation avec ce qui est probablement l’un de films de cette fin d’année à ne pas louper. Rendant fièrement hommage à l’une des plus belles fêtes traditionnelles qui existe avec un film drôle, émouvant, festif et coloré comme seul Pixar a le secret.

Coco de Lee Unkrich et Adrian Molina. Avec les voix de Andrea Santamaria, Ary Abittan, François-Xavier Demaison… 1h45
Sortie le 29 novembre 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s