Critiques

[CRITIQUE] The Greatest Showman : Hugh Jackman mène la danse

L’année 2017 commençait tout en chansons et claquettes avec La La Land et il faut croire que 2018 suit le même chemin et autant en profiter vu que la hype autour de la comédie musicale est loin d’être retombée. Dans la foulée de la course aux Oscars c’est donc Michael Garcey qui s’attaque au monument qu’était P.T Barnum, dans The Greatest Showman, qui n’est autre que le créateur des spectacles américains (dont le cirque Barnum) avec aux commandes un Hugh Jackman plus à sa place que jamais. 

Fils de couturier, P.T Barnum voit les choses en grand, en très grand dès son plus jeune âge mais déchante rapidement lorsqu’il fait face à la dure réalité. Fraîchement congédié, avec une femme et deux filles, ce rêveur ira jusqu’au bout contre vents, marées et contestations pour monter les prémices de ce qui va être un des plus grands spectacles américains en réunissant ceux que la société rejette pour leurs différences.

GSOE_D15_121616_1172.cr2

Pour cette comédie musicale, Michael Garcey s’est entouré des meilleurs et pour cause, ce sont les compositeurs de la bande-originale de La La Land qui se sont attelés à donner corps et âme à des musiques plus entraînantes les unes que les autres et visiblement le réalisateur a fait bonne pioche puisque l’hymne du film chanté par Keala Settle « This is me », en plus de se classer aisément n°1 aux charts aux Etats-Unis, a été récompensé par un Golden Globe. Véritable fresque musicale racontant le destin d’un homme hors du commun, The Greatest Showman tire sa force dans des numéros musicaux entêtants, rythmés tambours battants et aux mises en scène extraordinaires que ce soit le numéro de Zac Efron et Zendaya ou le final absolument éblouissant.

3882967.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Habitué des planches à Broadway, Hugh Jackman est tel un poisson dans l’eau, parfaitement à l’aise en tenue de scène, se donnant à 100% dans chacun des numéros, entrainant ainsi facilement les spectateurs dans cet univers coloré où tout semble possible. À croire que ce rôle était fait pour lui depuis le début. Entouré d’un casting élégant dont fait partie entre autres Zac Efron, Zendaya, Keala Settle, Rebecca Ferguson mais également Michelle Williams (surprenante dans ce rôle par ailleurs), The Greatest Showman envoie des paillettes, de la danse et de la féérie du début à la fin. Un bombardement en bonne et due forme qui cache malheureusement de véritables faiblesses sur son fond. En s’attardant sur sa forme, Michael Gracey en oublie un scénario solide. Un brin bâclé aux dialogues superflus saupoudré de quelques incohérences

218167.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Mais vous savez quoi ? The Greatest Showman a quand même de quoi faire plaisir en nous offrant un véritable spectacle à la P.T Barnum où vous en aurez largement pour votre argent et arrivera à vous émerveiller tel un enfant devant un numéro de cirque alors comme on dit, « Show must go on » !

3,5 étoiles

The Greatest Showman de Michael Gracey. Avec Hugh Jackman, Michelle Williams, Zac Efron… 1h45
Sortie le 24 janvier

0 comments on “[CRITIQUE] The Greatest Showman : Hugh Jackman mène la danse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :