Cannes 2018 Critiques Festivals

[CANNES 2018] Trois visages : Panahi mineur

Le Festival de Cannes et Jafar Panahi c’est une grande histoire d’amour qui dure depuis plusieurs années déjà. Assigné en résidence pour 20 ans, le 71e Festival de Cannes a une nouvelle fois du se passer du réalisateur iranien cette année alors que son dernier long-métrage Trois VisagesSe rokh en VO – est présenté pour la première fois en compétition officielle. Toujours affublé de son regard bienveillant, Trois Visages dévoile une nouvelle facette de l’Iran à travers une jeune fille victime des traditions ancestrales qui perdurent dans sa famille.

Le film s’ouvre sur une séquence filmée par un téléphone. Une jeune fille au regard humide s’exprime face caméra et appelle à l’aide la célèbre actrice iranienne Behnaz Jafari. Coincée dans une famille conservatrice, Marziyeh est prête à tout pour leur échapper, quitte à filmer sa propre mort s’il le faut. Bouleversée par ce qu’elle vient de voir, l’actrice demande alors l’aide à son ami Jafar Panahi pour mener l’enquête et découvrir ce qui se cache derrière cette vidéo. Les voilà alors partis dans un voyage les menant de village en village et de rencontres en rencontres pour, derrière cette soi-disante enquête, dessiner le portrait d’un Iran encore rural et ancré dans de vieilles traditions en contradiction avec la jeunesse et la société d’aujourd’hui.

À l’inverse de son comparse iranien Asghar Farhadi – également en compétition officielle  avec Everybody Knows -, Jafar Panahi doit s’adapter à des contraintes filmiques depuis qu’on lui a interdit de réaliser des films depuis 2010, interdiction qu’il ne cesse de braver pour notre plus grand bonheur. Caméra embarquée pour un road trip movie dont seul Jafar Panahi a le secret. Peut-être un peu moins marquant que son précédent long-métrage (le retour de la caméra dans la voiture qu’on commence à connaître), le réalisateur aime toujours autant son pays et nous le prouve à travers une galerie de personnages aussi attachants les uns que les autres. Une véritable plongée intimiste/optimiste un peu plus convenue que le reste de sa filmo mais qui méritait bien sa présence à Cannes cette année.

3 étoiles

Trois Visages de Jafar Panahi. Avec Jafar Panahi, Behnaz Jafari…  1h40
Sortie le 6 juin

0 comments on “[CANNES 2018] Trois visages : Panahi mineur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :