Critiques

[CRITIQUE] Unsane : l’originalité ne fait pas la qualité.

Si Steven Soderbergh est réputé pour avoir une filmographie éclectique (Ocean’s Eleven, Girlfriend Experience, Side Effects…), il a épaté le monde du cinéma avec Sex, Lies and Videotape, film pour lequel il obtient la Palme d’or et le titre du réalisateur le plus jeune à obtenir ce prix (après Louis Malle). En 2018, il est de retour avec un film horrifique portant le nom d’Unsane (Paranoïa en français), avec pour spécificité d’avoir été tourné entièrement en Iphone.

On le sait, nous sommes dans une époque bercée par la technologie avec de nouveaux gadgets jours après jours, et Orelsan nous l’a dit plus tôt cette année : « Si tu veux faire des films, t’as juste besoin d’un truc qui filme. Dire : « J’ai pas d’matos ou pas d’contact », c’est un truc de victime. ». Il suffit d’un téléphone pour faire un film, et pour Soderbergh ça sera un Iphone 7 Plus (« juste besoin d’un truc qui filme » qui coûte quand même 500€.) On se rappelle encore de Tangerine, le film de Sean Baker (Florida Project récemment) qui a fait le buzz à Sundance pour l’avoir tourné entièrement en Iphone 5s.

C’est bien beau de naviguer sur la création atypique d’un film, mais est-ce un bon film ? La réponse est non, c’est peut-être bien un des pires films de cette année 2018, enfin dans cette première partie d’année bien-sûr. L’avantage de l’Iphone, c’est la proximité qu’on peut avoir avec les personnages, mais c’est surtout de pouvoir capter un instant présent, ce que faisait parfaitement Tangerine. Mais dans Unsane, nous suivons Sawyer Valentini (Oscar du nom le plus original) enfermée dans un institut psychiatrique sans qu’elle puisse y sortir, poursuivie par un harceleur. Le but du film étant de nous inquiéter quant à la santé mentale de Claire Foy. Est-elle réellement harcelée ou est-ce dans sa tête ? Et le problème, c’est qu’il faut 30mn pour arriver à la conclusion du film. Tout le reste est un résidus de scènes complémentaires où on assiste à des discussions inintéressantes de personnages stéréotypés où le format de l’Iphone ne parvient pas à jouer un rôle castrateur, ici présent afin d’enfermer le personnage dans un format plus court. On peut souligner la performance de Claire Foy et mettre en avant la meilleure scène du film : Matt Damon en détective pendant 5mn.

Paranoïa de Steven Soderbergh. Avec Claire Foy, Joshua Leonard… 1h38
Sortie le 11 juillet

0 comments on “[CRITIQUE] Unsane : l’originalité ne fait pas la qualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :