Green Book : sur les routes d’un grand film

Peter Farrelly est normalement réputé pour les comédies. C’est l’homme derrière les excellents « Mary à tout Prix » et « Fous d’Irène », ou les bourrins « Dumb & Dumber » et « My Movie Project ». Bref pas le cinéaste le plus subtil d’Hollywood. La surprise fut donc importante lorsque « Green Book » a été annoncé. Un road-movie sensible porté par Viggo Mortensen et Mahershala Ali, franchement on y croyait pas… Et pourtant « Green Book : sur les routes du sud » est une réussite totale. 

Certains l’ont comparé à « Miss Daisy et son chauffeur », une sympathique comédie dramatique avec Morgan Freeman. C’est vrai que certaines ressemblances sont inévitables. Bien évidemment la confrontation des origines, mais aussi de la classe sociale, fait échos à ce film de 1989. Morgan Freeman était le chauffeur d’une riche aristocrate blanche. Dans « Green Book », Viggo Mortensen interprète un émigré italien à la classe sociale  modeste, opposé à un riche et talentueux pianiste afro-américain interprété par Mahershala Ali. Forcément les différences vont se confronter, et les inhibitions vont devoir tomber. 

L’écriture des personnages est très précise et touchante. Peter Farrelly dresse deux portraits puissants d’homme très différents. Tony Lip (Viggo Mortensen) est un bon vivant, à la culture générale relativement faible, mais aux principes constitutifs de sa propre façon de penser. Don Shirley (Mahershala Ali) est un pianiste issu de la haute sphère, légèrement hautin, à la culture très intellectualisée. Bien évidemment ils vont se confronter, se jauger, se juger et se supporter. Mais les personnages vont évoluer dans une appréciation mutuelle. Ils vont s’inspirer réciproquement, apprendre chacun de l’univers de l’autre. Tony Lip, d’abord raciste, va s’éprendre d’amitié avec le pianiste. En plus de faire le chauffeur il va devoir faire le garde du corps. Si cette approche paraît peut-être un peu classique, l’exécution est parfaitement maîtrisée. Les personnages sont très empathiques, et leurs tribulations passionnantes. Il y a un véritable contraste entre les deux protagonistes. Surtout grâce à Viggo Mortensen qui interprète à la perfection Tony Lip : un homme un peu bourru mais qui parvient encore à trouver l’émerveillement d’un enfant. Un homme dont la culture musicale va le pénétrer, tout comme la volonté de s’ouvrir au monde. Quant à Mahershala Ali, il n’a pas volé son Golden Globes du meilleur acteur dans un second rôle. 

Peter Farrelly évite tout pathos pour signer un drame social des plus réussis. Les dialogues sont toujours très relevés, ce qui permet d’éviter les facilités du genre. De même que les situations qui montrent constamment une vision précise de la situation sociale actuelle. Le film se déroule en 1962, la ségrégation prendra officiellement fin en 1964.  Don Shirley, pianiste de renom, décide de sortir de son cercle de tranquillité pour se lancer sur les routes du sud, dans les états où le racisme atteint son paroxysme. Tony Lip va devoir le protéger contre les violences physiques. Peter Farrelly met en corrélation les situation des deux personnages. Tony Lip va réellement découvrir le racisme et se rendre compte que la condition prestigieuse de Don Shirley ne le protège en aucun cas contre la discrimination. 

En plus d’être une puissante représentation de ce qu’était la ségrégation, c’est aussi une manière de représenter la manière dont les êtres humains se comportent les uns avec les autres, comment les préjugés peuvent tomber facilement face à une réalité tout autre. « Green Book » est un film intelligent doublé d’un road movie à travers les Etats-Unis. La mise en scène de Peter Farrelly est parfaitement maîtrisée, portée par une photographie des plus plaisantes. Le long métrage finit sur une belle touche d’espoir, inspirée de la véritable histoire de ce duo hors du commun. 

« Green Book : sur les routes du sud » est une réussite totale, inspiré des véritables histoires de Tony Lip et Don Shirley. Une amitié qui a par la suite perduré à travers le temps et les préjugés. Peter Farrelly démontre quant à lui qu’il sait faire autre chose que des comédies et on l’encourage à continuer dans cette voie. 

Green Book de Peter Farrelly. Avec Viggo Mortensen, Mahershala Ali… 2h10
Sortie le 23 janvier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s