Liz et l’oiseau bleu : La mélodie du bonheur

Huit mois après nous avoir complètement chamboulés avec Silent Voice – un puissant drame sur le harcèlement scolaire -, la réalisatrice Naoko Yamada nous revient en grande forme – pour notre plus grand plaisir – et avec la même équipe que pour Silent Voice à savoir le producteur et le compositeur – pour notre plus grand plaisir bis – pour nous offrir Liz & l’oiseau bleu, chronique d’une amitié mise à rude épreuve entre la fin du lycée et rivalité musicale.

Nozomi est une jeune femme extravertie et populaire dans sa classe en plus d’être une excellente flûtiste. De son côté Mizore est tout l’inverse. Joueuse de hautbois, la jeune fille est beaucoup plus réservée et a du mal à s’ouvrir aux autres. Aux antipodes l’une de l’autre, les deux sont pourtant meilleures amies. Alors que la fin d’année approche, les deux lycéennes vont jouer en duo sur une des musiques de Liz & l’oiseau bleu – une histoire d’amitié entre une jeune fille timide Liz et un oiseau bleu qui se transforme en fille pour devenir son amie -, cette histoire résonne dans le coeur de Mizore qui est effrayée à l’idée que son amitié avec Nozomi se termine une fois le lycée fini. 

Difficile d’oublier la claque monumentale que nous avait procuré Silent Voice mais là où son nouveau film se différencie du précédent est sa façon d’aborder les thèmes. De manière beaucoup plus frontale dans Silent Voice (nécessaire pour évoquer cas du harcèlement scolaire), elle est beaucoup plus subtil dans Liz & l’oiseau bleu où tout se joue dans les notes de musique, dans les expressions faciales et dans les gestes. Un véritable travail de minutie s’est fait sur le film et s’aperçoit dès les premières minutes avec une maîtrise de la musique et du son absolument impeccable si bien que la musique se fond dans le film au sens propre comme au sens figuré lorsque les pas de nos personnages principaux se calent sur le rythme de la musique. Visuellement, le film est tout autant subtil avec des tons chauds et doux sans oublier la magnifique direction artistique sur les scènes à l’aquarelle lorsqu’on évoque le conte.

Mais Liz & l’oiseau bleu c’est avant tout un voyage initiatique pour Mizore, jeune fille réservée qui ne vit qu’à travers le regard de sa meilleure amie. Une amitié si forte qu’elle en devient étouffante pour l’une comme pour l’autre. Avec cette histoire, Naoko Yamada touche à un sujet universel avec toute la tendresse dont elle est capable d’offrir. Sublimé par des envolées lyriques qui ne vous laisseront pas indemne, Liz & l’oiseau bleu nous prouve une nouvelle fois que Yamada est probablement l’une des réalisatrices japonaises des plus fascinantes à suivre.

Subtil et poétique, Liz & l’oiseau bleu n’est que le second long-métrage de Naoko Yamada et pourtant fait déjà preuve d’une intelligence et d’une maturité sans pareille. 

Liz & l’oiseau bleu de Naoko Yamada. Avec les voix de Atsumi Tanezaki, Miyu Honda… 1h29
Sortie le 17 avril

https://www.youtube.com/watch?v=l8Wizjhpr2I

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s