[ANNECY 2019] Buñuel après l’Âge d’Or : Renaissance

Présenté en compétition officielle, Buñuel après l’Âge d’Or revient sur toute la période post L’Âge d’or alors que le cinéaste Luis Buñuel traverse une mauvaise passe. Un objet filmique doublement récompensé lors de la cérémonie de clôture et un double hommage au cinéma et au cinéaste. 

Le cinéaste Luis Buñuel passe de tout à rien du jour au lendemain après la projection de son film très controversé L’Âge d’Or à paris en 1031. Suite à ça, les instances religieuses lui bloquent toutes les portes pour qu’il ne puisse plus financer ses films. Moralement et financièrement au plus bas, c’est grâce à son ami le sculpteur Ramon Acin et un hasard assez incroyable que sa carrière va prendre un nouveau tournant alors que Luis Buñuel se lance dans le tournage de son seul et unique documentaire Terre sans pain.

Le pari est doublement risqué avec ce film. D’abord s’adresser à un public adulte (le film d’animation pour « adultes » est toujours difficile à vendre) et risquer de ne cibler qu’une niche de cinéphiles adepte du cinéma de Luis Buñuel et finalement il n’en est rien de ce second point. Je l’avoue, je ne suis pas familière de son cinéma alors j’y étais un peu allé à tatillon de peur de rapidement me retrouver perdue dans un film qui s’adresserait exclusivement à ceux qui connaissent son cinéma. Rassurez-vous, il n’en est rien car au-delà du film sur le cinéaste, le film est une véritable déclaration d’amour au cinéma, à la création mais aussi à la douleur et aux sacrifices qui naissent de ce processus. L’occasion également pour les novices de découvrir un personnage haut en couleur, radical dans ses choix artistiques et à la pensée unique. Quant à ceux et celles qui ne connaissaient pas Terre sans pain – un documentaire réalisé sur les terres des Hurdes -, c’est le moment idéal de découvrir quelques extraits du film.

Par contre là où le film pêche peut-être un peu plus c’est sur ses visuels. En effet, longtemps la scène surréaliste avec ces éléphants aux pattes squelettiques géantes nous a été vendu comme « vitrine » du film laissant ainsi présager un film original mais surtout surréaliste. Finalement, Buñuel après l’Âge d’Or reste plutôt conventionnel excepté deux-trois scènes réussissant à nous transporter dans un monde fantastique.

Buñuel après l’Âge d’Or reste un très beau morceau de cinéma. On aurait voulu peut-être un peu plus de folie à l’image du cinéaste mais Simo Salvador fait un travail remarquable entre passion du cinéma et du cinéaste.

Buñuel après l’Âge d’Or de Simo Salvador. Avec les voix de Jorge Usón, Fernando Ramos…1h20
Sortie le 19 juin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s