[DEAUVILLE 2019] Skin : L’échappée infernale

À l’heure où la montée des extrêmes atteint une nouvelle apogée bien trop importante, le cinéma est là pour s’approprier le sujet et en parler avec la pertinence aléatoire qu’on lui connaît. On consomme donc cette thématique dangereuse de toute les manières, pour le meilleur et pour le pire : Spike Lee qui oublie d’ajouter le soupçon de gravité nécessaire pour que son Blackkklansman fonctionne ; Daniel Ragussis qui, au contraire, conserve trop de sérieux au point d’en rendre son Imperium imbuvable, parler des suprémacistes est un exercice délicat. Guy Nattiv, avec un angle radicalement différent, compte changer la donne. 

L’angle, c’est celui de l’exfiltration. Contrairement aux autres films nous racontant l’arrivée dans le milieu d’un élément extérieur, que ce soit pour rallier les rangs comme pour les infiltrer, nous suivons ici un membre actif de la communauté, Babs, qui après avoir atteint le point de non-retour, commence à chercher des moyens de sortir de son cercle vicieux. Son parcours est alors mis en parallèle avec celui de Gavin, jeune homme perdu qui va se faire récupérer par les pontes du groupe, et entamer de son côté son ascension vers la violence. Ces deux destins communicants vont avoir pour but de montrer les manières d’endoctrinement de ces cercles malsains, qui peuvent être apparentés sans détour au fonctionnement des sectes. Il y est cité la notion d’appartenance, de dépendance même, le côté familial qui nous fait nous sentir important, et crée une aura cercle, quels qu’en soient ses tenants, qui le rend totalement indispensable.

L’obstacle principal de Babs est donc ce sentiment de trahir une famille à qui il doit tout devoir, de devoir quitter l’unique monde qu’il a connu et qui, bien malheureusement, l’a forgé. Malgré des séquences d’une violence insoutenable, un racisme omniprésent dans les propos des personnages et le fait qu’on ne peut en rien cautionner les actions qu’on les voit faire, on comprend parfaitement le dilemme de Babs, les raisons qui le poussent à rester, car on peut pour notre part les apparenter au cercle familial, aux mauvaises influences que chacun a pu avoir et qu’il est toujours difficile de quitter. Cette colère intérieure face aux choix radicaux qu’il va falloir emprunter, Jamie Bell, méconnaissable, l’interprète à merveille. Si le casting n’a rien à lui envier (on remarque notamment Vera Farmiga et Bill Camp, impeccables en chefs suprémacistes), l’acteur porte le film sur ses épaules, et est habité à chacune de ses scènes.

Plus on en découvre sur les agissements des groupuscules, plus on est oppressé. Le film étouffe à mesure que la tension monte et que l’on sent que l’espoir du héros va être réduit à néant. La relation amoureuse est le brin de souffle qui arrive à apporter la nuance, nous permettant de ne pas suffoquer face au déferlement constant. Skin est un film difficile à aborder, difficile à supporter, mais essentiel à regarder. Son constat est celui d’une réalité dure, inadmissible, que Guy Nattiv a su retranscrire avec une malheureuse justesse. 

Skin de Guy Nattiv. Avec Jamie Bell, Bill Camp, Vera Farminga… 2h
Sortie prochaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s