Gemini Man : Will Smith VS Will Smith

Projet datant de 1997, Gemini Man a mis du temps à germer avant de tomber entre les mains de Ang Lee. Le long métrage repose sur un concept intéressant dans lequel Will Smith interprète deux personnages. Il incarne le héros de 51ans, mais également un jeune meurtrier de 23ans décidé à le descendre. Une confrontation possible grâce une version entièrement digitale de Will Smith, si bien réalisée que les deux protagonistes peuvent s’affronter. Gemini Man est également une avancée technologique saisissante avec une utilisation inédite de la HD en 3D, procurant une expérience inédite sur grand écran.

Une réalisation saisissante

C’est l’intérêt premier de ce Gemini Man, une réalisation à fleur de peau incomparable pour un rendu visuel ébouriffant. Tourné en 4K, 3D, à 120 images par seconde, le rendu est impressionnant, et surtout extrêmement immersif. Chaque petit détail prend un impact incroyable, un haussement de sourcil, un mouvement, une accélération, le spectateur a rarement été aussi proche de l’action. Ang Lee filme d’une manière inédite, et met une claque à tous ses collègues, tant Gemini Man est une démonstration de technique. Mais la technique ne fait pas tout, et le cinéaste n’oublie pas d’apporter sa touche personnelle dans la mise en scène. Il s’inspire énormément des jeux vidéos pour créer des gun fight tout droits sortis d’un FPS moderne. Les plans à la première personne sont somptueux, la dextérité de Will Smith impressionnante, et l’immersion est totale. Que ce soit dans les combats à l’arme à feu ou les combats au corps à corps, Gemini Man est un digne successeur de ses prédécesseurs nés dans le jeu vidéo. Le réalisme n’est pas toujours au rendez-vous, mais qu’importe, le spectacle est total, et trouve sa quintessence dans une course poursuite à moto d’anthologie.

Parlons un peu de ce Will Smith jeune. Une création entièrement artificielle qui là encore doit beaucoup aux jeux vidéos. Ce rajeunissement est globalement très réussi. Le jeune Will Smith est convaincant, assez réaliste, jusqu’à la précision des larmes qui coulent sur les joues de cette création numérique. Ang Lee démontre que le septième art a fait des progrès dans ce domaine, à des années lumières du Jeff Bridges de Tron Legacy. À part une séquence finale où ce double numérique déconne sévèrement dans ses mimiques et réactions, dû à un contexte quotidien d’un adolescent lambda ou d’une deadline trop restreinte, on ne peut qu’être en admiration devant ce procédé technique et créatif. Gemini Man est un film d’action extrêmement solide, qui pêche légèrement à cause d’une narration trop simpliste.

Un concept qui méritait sans doute mieux

Parce que le concept toujours séduisant du clone n’est pas totalement fédéré dans le dernier film de Ang Lee. Le cinéaste ne parvient pas à magnifier son histoire, trop redondante pour totalement captiver. Le rythme est au rendez-vous, et à aucun moment un ventre mou ne vient s’installer, mais les péripéties sont quelque peu réchauffées. Le scénario devient trop mécanique, trop prévisible pour surprendre, et magnifier l’esthétique du métrage. Il est dommage que le réalisateur ne parvienne pas à utiliser son scénario de manière novatrice. Un schéma de thriller déjà vu qui s’empêtre dans des retournements de situations assez fades et attendus.

Les dialogues demeurent trop classiques, l’enchaînement de l’histoire trop monotone, et finalement son concept de clone ne prend pas réellement. Les confrontations entre les deux Will Smith ne sont pas assez percutantes, manquent de profondeur. Les thématiques d’appartenance et d’héritage sont trop sommaires pour se démarquer, laissant le concept pour ce qu’il est : un concept. Le rapport entre les deux personnalités est trop effleuré, Ang Lee ne distillant pas assez de profondeur dans la relation qui unit et sépare les deux figures du métrage. Le discours de succession reste très succin, et à cause de cette restriction, Gemini Man ne parvient pas à dépasser son statut de blockbuster maîtrisé.

Gemini Man est donc globalement une réussite. Même si la narration peine parfois à s’élever, la beauté visuelle est renversante. Ang Lee s’inspire beaucoup du jeu vidéo pour offrir une mise en scène très immersive et des scènes d’action dantesques.

Gimini Man de Ang Lee avec Will Smith, Mary Elisabeth Winstead, Clive Owen, Benedict Wong. 1h57. Sortie le 2 octobre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s