Chambre 212 : Ne pas déranger

Dire que le film était à deux doigts de ne pas être présent au dernier Festival de Cannes est un doux euphémisme qui s’atteste par les affiches de We The Animals et Grâce à Dieu qu’on peut apercevoir dans le film. Mais rater le coche à Cannes ça aurait surtout voulu dire ne pas donner ce prix d’interprétation à Chiara Mastroianni et franchement ça aurait été plus que dommage. Film à quatre voix (et beaucoup plus), Christophe Honoré dissèque avec mélancolie et humour la vie (extra) conjugale d’un couple marié depuis vingt ans.

Après vingt ans de mariage, Richard découvre que Maria l’a trompé. Elle décide alors de se réfugier dans l’hôtel d’en face, chambre 212, qui donne sur son appartement. Pendant toute une nuit, les fantômes de son passé vont surgir pour la guider et savoir si elle a fait le bon choix en quittant soudainement son mari.

Ah l’infidélité… Que vaste concept sujet à bon nombre de discussions et de débats. Qu’est-ce que l’infidélité ? Être infidèle signifie-t-il forcément ne plus aimer sa moitié ? Peut-on pardonner un adultère ? C’est une crise existentielle que traverse ce couple à qui il suffit d’une nuit pour remettre tout à plat. La fougue amoureuse disparue, Maria se plaît à séduire de beaux jeunes hommes – la plupart étant ses élèves – sans vergogne jusqu’au jour où son mari découvre tout. Deux visions s’affrontent : Maria qui estime qu’une petite tromperie de temps en temps n’est pas bien grave et permet à son couple de durer tandis que Richard est totalement dévasté. Maria se réfugie dans l’hôtel en face où plusieurs protagonistes vont faire leur arrivée : la version plus jeune de Richard dont elle est tombée amoureuse, ses anciens amants, sa mère mais également le premier amour de Richard. Toute cette joyeuse bande va ébranler les pensées de Maria qui, à travers cette drôle de nuit, essaie de comprendre ce qui n’a pas fonctionné.

Dès lors que Maria se retrouve dans la chambre 212? un bal incessant et mené tambour battant s’exécute. Christophe Honoré balance sur le lit tous les tracas d’un couple : la perte du désir pour l’autre, les espoirs envolés, les désirs non réalisés… Il met un point d’honneur à nous rappeler que rien n’est jamais perdu ou n’arrive par hasard, que c’est en acceptant le passé et le présent qu’on peut avancer et, peut-être, entrevoir quelque chose dans le futur.

Mais ce qui fait la douceur et l’excellence de Chambre 212 c’est indéniablement son casting. Quelle bonheur de voir à l’écran Vincent Lacoste, Chiara Mastroianni, Camille Cottin et Benjamin Biolay. Quatuor de talent, leurs joutes verbales sont délicieuses et Chiara Mastroianni n’a définitivement pas volé ce prix d’interprétation bien qu’il faut souligner la prestation impeccable de Camille Cottin qui tient là son meilleur rôle à ce jour.

Dans une mise en scène intimiste où chaque espace délimite une époque de la vie de Maria, Honoré joue avec les espaces comme personne. Nous voilà embarqués dans une histoire qu’on regarde à travers une boule à neige. Nous les observons de loin tandis que la douce neige tombe sur eux comme pour finalement les réconforter (le dernier quart d’heure est merveilleux). 

Réveiller le passé pour accepter le présent et apercevoir un futur un peu plus doux, telle est le mantra de Chambre 212 qui ravivera forcément en nous un sentiment mélancolique de lorsque l’amour a commencé à se dissiper.

Chambre 212 de Christophe Honoré. Avec Chiara Mastroianni, Vincent Lacoste, Camille Cottin… 1h27
Sortie le 9 octobre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s