[PIFFF 2019] The Mortuary Collection : Horrific rollercoaster

Dans l’horreur, pour trouver de la qualité, les amateurs savent qu’ils peuvent se diriger vers les court-métrages, qui par leur concision parviennent à faire tenir leur ambiance d’un bout à l’autre. Pour vivre le frisson en long métrage, on apprécie particulièrement certains films d’anthologie, où de nombreux réalisateurs s’essaient au segment, souvent pour le meilleur. Ryan Spindell, dont les court-métrages ont déjà fait parler de lui, s’essaie seul à l’exercice, offrant une anthologie de quatre segments reliés par un cinquième, fil conducteur de sa « collection mortuaire ».

Le manoir hanté, patron des contes cryptiques

The Mortuary Collection va mettre en scène Montgomery Dark, croque-mort en charge du funérarium d’une petite ville américaine. Dans une immense bâtisse – un manoir plus précisément, faisant penser à la demeure de La Famille Addams– macabre et lugubre, il y reçoit, après un enterrement, la visite de Sam, jeune fille venue répondre à une offre d’emploi pour l’assister dans ses fonctions. Fascinée par l’ambiance pesante et le vieil homme, elle va le lancer dans un concours d’histoires glauques, Montgomery mêlant alors son imaginaire et des faits concernant des corps dont il s’est occupé lors de ses services mortuaires. Le récit va donc se scinder en scénettes, allant crescendo dans la proposition horrifique, pour apporter à Sam, ainsi qu’à nous, frayeurs et excitations.

Quatre doses de plaisir

Là où l’on pouvait s’effrayer d’avoir un métrage inégal, dépendant de la qualité de ses segments, il n’en est rien. Les quatre histoires parviennent sans mal à nous emporter avec elles. Pour un film au budget si réduit, on est d’ailleurs étonné d’une telle qualité. L’image imprime la rétine, que ce soit par l’animal vivant dans l’armoire à pharmacie du premier segment, l’homme enceint du second, ou les monstres du dernier, aucun effet cheap, le tout souligné par une mise en scène qui alterne terreur et rire avec brio. Un rire qui ne désamorce jamais la tension mais teinte d’ironie les différentes situations. Des références à foison pour cet abécédaire de l’horreur – l’un des personnages regarde à la télévision The Babysitter Murders, l’un des court-métrages de Spindell, et surtout une référence directe au titre original d’Halloween de John Carpenter – qui parvient à éviter l’effet catalogue, tout en emmenant chaque histoire dans une ambiance différente.

À l’instar de Sam, chaque histoire racontée nous plonge encore plus dans le malaise mais nous donne envie d’en entendre la suivante, de voir quelles limites vont être dépassées. Chacune étant sur une thématique différente malgré de nombreuses similitudes – les mêmes lieux, des personnages qui se répondent -, l’ennui n’arrive jamais, mais au contraire l’excitation survient à chaque nouveau chapitre. Comme on l’a cité précédemment, l’intelligence de Spindell demeure en son cinquième récit, celui qui englobe ces histoires racontées, qui tient tout son sens dans l’accomplissement de ces dernières. Les masques se délitent, les rôles s’inversent, et le jeu de manipulation entre Montgomery Dark et Sam prend alors une tournure tout aussi jouissive qu’inattendue.

On pense à Scary Stories To Tell In The Dark, qui tentait aussi l’exercice de la fragmentation en sketches avec bien moins d’impact. Ici, Ryan Spindell réussit son pari, et offre un tour de manège plus qu’agréable, d’autant plus lorsque l’on sait qu’il est assemblé par bouts de ficelle. Un cinéaste extrêmement prometteur, qui on l’espère va titiller la curiosité de productions pouvant lui offrir un budget permettant de laisser libre cours à son imaginaire débordant.

The Mortuary Collection, de Ryan Spindell. Avec Clancy Brown, Caitlin Cluster, Christine Marie Kilmer…1h48
Pas de date de sortie pour l’instant.

Une réflexion sur “[PIFFF 2019] The Mortuary Collection : Horrific rollercoaster

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s