Une Journée De Fous : Dream Team dans la ville

Sorti en 1989 et réalisé par Howard Zieff, Une Journée De Fous est l’archétype du feel-good movie américain des années 80, malheureusement bien oublié depuis. Ressorti par Rimini Éditions ce 21 janvier, on vous conseille vivement ce petit moment de bonne humeur, servi par des acteurs qui s’éclatent. En ce moment de tristesse et confinement, rien de tel qu’une aventure urbaine légère et sans prétention.

Dans cet institut psychiatrique du New Jersey, le Dr Weitzman (Dennis Boutsikaris) est à la charge de patients qui, s’ils restent hors du commun selon nos conventions, ont le mérite d’être à peu près stables, du moins plus raisonnés et capables de se responsabiliser. Mais quand sa décision de les emmener voir un match de base-ball tourne au vinaigre avec une pause pipi dans une ruelle malfamée, le docteur est mis hors-jeu par des malfrats, et nos amis livrés à eux-mêmes. Comment Billy (Michael Keaton), menteur pathologique enclin aux violences, Henry (Christopher Lloyd), atteint de troubles obsessionnels compulsifs et persuadé d’être l’un des médecins de l’institut, Jack (Peter Boyle), persuadé d’être la réincarnation du Christ, et Albert (Stephen Frust), qui ne s’exprime que par des phrasés qu’il entend dans des commentaires d’événements sportifs, vont-ils se débrouiller par eux-mêmes dans la grande ville ?

Sans sortir des rails d’une comédie bon enfant où chacun va devoir dépasser sa condition et améliorer son état pour passer l’épreuve de la jungle urbaine, Une Journée De Fous a le mérite d’être particulièrement efficace. On ne va pas se réjouir d’une mise en scène originale, cette dernière faisant le boulot sans se fouler, restant académique au possible, mais quel plaisir de voir ces personnages grandiloquents, totalement inadaptés au monde qui les entoure, se retrouver dans des situations abracadabrantesques ! L’élément perturbateur, celui où le Dr Weitzman assiste à l’exécution d’un officier de police par deux de ses collègues ripoux, va entraîner les patients dans une course où ils vont, en plus de devoir retrouver leur médecin assommé et transporté à l’hôpital, tenter de faire éclater la vérité. Inversion des rôles quand, nos amis voyant que les deux policiers ont bien l’intention de terminer le travail en s’occupant de Weitzman, ils vont devoir combattre l’administration policière qui a bien du mal à les croire. Leur histoire semblant grandiloquente est pourtant réelle, et les gens considérés comme sain deviennent les fous, minimisant les paroles des patients devenant alors les seules personnes lucides dans la pièce.

Si visuellement, le film n’apporte que peu, c’est dans son écriture et la prestation des comédiens que se révèle le sel de cette Journée De Fous. Michael Keaton reste assez sobre dans son jeu, n’ayant que quelques excès de colère étant surtout servis par ses répliques, mais on s’éclate devant Christopher Lloyd, alors sur le point de remettre le couvert « Doc Brown » avec Retour Vers Le Futur 2. Faux-médecin persuadé de sa fonction de leader du groupe, ses prises de paroles sont toujours irrésistibles, et sa mise à nu, lorsqu’il va retrouver sa famille le temps de réaliser qu’il est malade, touchante à souhait. Peter Boyle nous offre aussi de grands moments christiques, dont un passage dans une église qui joue avec les mœurs puritaines et qui fait toujours plaisir à voir. Pour autant, au-delà de quelques moments d’éclats, et de caractères bien trempés, le film n’en fait jamais trop, n’exagère pas ses traits à outrance. En témoigne le traitement du personnage de Stephen Frust, tout en douceur, là où on pouvait facilement tomber dans le lourdingue face à un homme qui ne peut s’exprimer que par répliques pré-définies.

Le grand temps des comédies américaines, servies par Un Fauteuil Pour Deux, La Folle Journée De Ferris Bueller trouve ici un point d’orgue (la redescente dans les années 90 avec les comédies d’action Un Flic À La Maternelle ou Arrête Où Ma Mère Va Tirer – pour ne citer qu’elles – va faire mal). La naïveté prédomine, et ce sera bien vite oublié, mais pourquoi se priver de passer un bon moment, adapté pour toute la famille, devant ces fous semblant bien plus lucides que les gens qu’ils croisent ?

Une Journée De Fous, d’Howard Zieff. Avec Michael Keaton, Christopher Lloyd, Peter Boyle…1h52
Sorti le 27 septembre 1989.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s