On rembobine

Hunger : la vérité carcérale

Avant d’aller violenter un public encore plus large avec son 12 Years A Slave détonant, Steve McQueen faisait déjà bien des siennes dans son île britannique. Le dénonciateur livre d’ailleurs, avec son premier métrage, une oeuvre d’un engagement puissant.

Dans Hunger, le sublime se mêle souvent au dégoût. La carte du réalisme est jouée à tel point que chaque scène est d’une profonde violence. On suit donc le quotidien d’incarcérés, de prisonniers politiques dont les actions pour faire reconnaître leur statut commence à atteindre une série d’extrêmes (grève de l’hygiène). Parmi eux Bobby Sands, qui pour viser le coup médiatique, décide d’entamer une grève de la faim. Steve McQueen va se poser en observateur de ses agissements, dans un ensemble accentuant la solitude de ses personnages. Les plans sont fixes, longs, nous témoignent d’une détresse humaine intense. On assiste, et on s’horrifie.

Un couloir, une armée de policiers armés de matraques et de boucliers anti-émeutes, les détenus balancés nus, se faisant tabasser sans pouvoir se défendre. Telle est la réalité de ces prisonniers de l’IRA qui ont subi les pires tortures, et ce après leur enfermement, sous couvert d’un contexte politique instable. Les droits de l’homme sont bafoués, les matons à bout – on en voit un pleurer et refuser d’assister à la boucherie -. À son image, nous détournons le regard à de multiples reprises.

Pour autant, Steve McQueen ne se contente pas d’une démonstration, mais d’un véritable travail de l’esprit. Dans son monologue finissant d’acter sa position qui lui coûtera la vie, Bobby Sands tente de garder la raison, malgré la faim qui le tiraille, malgré la conscience que son combat risque de ne pas être entendu. À ce titre, Michael Fassbender est un choix judicieux, qui tant par son physique que sa diction campe une souffrance sans pareille. La forme fascine, prend aux tripes, le fond bouscule, émeut. Un début de carrière fantastique pour un réalisateur qui ne cesse de se renouveler.

Hunger, de Steve McQueen. Avec Michael Fassbender, Stuart Graham…. 1h36.
Sortie le 26 novembre 2008
Texte datant de 2013, remanié pour être publié dans nos pages.

À propos thierrydepinsun

Aficionado du cinéma de genre mais aussi en tous genres, je grignote de la pellicule et j'use de ma plume depuis un petit moment. Correcteur au même titre que rédacteur, on veut parfois ma peau comme celle de Roger Rabbit mais ma carrure à la Vin Diesel (ma calvitie surtout) me permet de survivre tant aux mauvais films qu'aux menaces de mes partenaires d'écriture. En fait, je suis surtout là pour parler 7ème art sans langue de bois mais toujours avec le sourire, en espérant transmettre mon insatiable soif de découverte ! Merci à Elie Bartin pour la bio !

0 comments on “Hunger : la vérité carcérale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :