[ANNECY 2020] True North : Survivre à l’enfer

Crise sanitaire oblige, le Festival du film d’animation d’Annecy devient cette année numérique. En plus de tous les courts-métrages disponibles, certains films présentés en compétition et en contre-champs nous sont également proposés. Et pour une première entrée en la matière, nous nous sommes intéressés à True North d’Eiji Han Shimizu.

Alors que son père a disparu et que toute sa famille est envoyée dans un camp pour prisonniers politiques, un petit garçon va tenter de survivre dans cet enfer pour devenir plus tard le témoin d’une catastrophe humaine malheureusement toujours présente.

Les témoignages concernant l’horreur de la Corée du Nord sont monnaie courante. Récemment, une ancienne détenue qui a réussi à s’échapper expliquait au Daily Mirror que le régime utilisait les cadavres de prisonniers politiques afin de fertiliser les terres destinées aux cultures. C’est dans ce climat oppressant que le réalisateur inscrit son film True North. C’est d’abord lors d’un Ted Talk qu’on découvre un jeune homme prêt à raconter son histoire. L’histoire d’un enfant envoyé dans un camp du jour au lendemain et où il va apprendre à faire ses armes malgré lui.

Le film ne nous épargne aucune horreur, que ce soient les enfants exploités dans les mines, la famine qui sévit, les conditions de vie exécrables et le chacun pour soi qui devient le mantra essentiel pour tenter de s’en sortir. Nous allons donc suivre pendant plusieurs années ce garçon qui devient adolescent et qui, rôdé par les situations, se tourne vers l’ennemi. Un changement radical qui ne plait pas à sa famille mais qui va lui permettre de recevoir plus de nourritures et une position avantageuse. Un bien qui lui vaut un plus grand mal lorsque certains prisonniers veulent se venger de lui. True North nous prend par les tripes par la dureté de son propos et ses choix sans filtres, celle d’une réalité qu’on ne voit pas, où des milliers de gens sont maltraités et tués par un régime dictatorial. Mais tout n’est pas sombre puisque Eiji Han Shimizu en retire aussi le bon : les amitiés qui se forment dans la douleur, les courts moments de joie ou de répit à travers des balades en forêt et surtout le pouvoir de survivre pour raconter son histoire et faire bouger les choses. Malgré un budget assez limité, l’animation du film rend justice à son propos qui – avec son style très jeu vidéo – réussit à retranscrire l’horreur sans jamais en faire trop.

Politiquement fort, True North est un vrai message d’alerte pour le monde entier. Une oeuvre à l’impact émotionnel intense pour laquelle nous nous devons de parler pour, à notre échelle, faire également de la prévention.

True North de Eiji Han Shimizu. 1h33
Pas de date de sortie
pour l’instant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s