Critiques Festival La Rochelle Cinéma (FEMA) Festivals

À l’abordage : conte d’été

Quatre ans après Contes de juillet, film venu de nulle part, résultant d’un atelier mené par le cinéaste avec les étudiants du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, Guillaume Brac réitère l’expérience sur un vrai projet de long-métrage. À l’abordage, passé à la Berlinale, débarque donc, et apporte avec lui un vent de fraîcheur et d’été.

Le cinéaste nous invite alors dans son conte estival, où les stéréotypes sont explorés, les rapports entre différents milieux sociaux mis en exergue. Pour ce faire, il nous fait partager le périple de trois jeunes hommes. D’un côté le trop sûr de lui Félix, de l’autre Shérif et Edouard (alias Chaton) les grands enfants galériens. Le premier décide sur un coup de tête de partir de Paris vers la Drôme faire une surprise à Alma, avec qui il pense pouvoir démarrer une idylle. La force des choses fait que le trio se retrouve ensemble dans un camping au bord de la rivière, et là débute pour chacun un voyage personnel et une évolution.

Guillaume Brac offre là une oeuvre éminemment réaliste, dans le sillage de sa filmographie. Ayant tourné son film chronologiquement, avec une construction peaufinée au jour le jour, on peut déceler dans ce récit une certaine spontanéité. Les comédiens, tous issus de la même promotion et dont il s’agit du premier long-métrage, sont d’un naturel presque déconcertant et contribuent au ton décomplexé, léger du film. Certaines répliques semblent superficielles ou plutôt sonnent faux, notamment entre Alma et Félix, mais cette fébrilité montre aussi une sincérité dans le jeu. On la retrouve chez les autres interprètes, devant incarner une timidité, une maladresse, et l’on voit alors à quel point le travail d’écriture est ici réfléchi, bien que ponctué d’improvisations et de réécritures le jour-même, pour un résultat alors hybride mais passionnant.

Les jeunesses françaises se rencontrent donc, et le cinéaste explore en apparence le désir et l’amour. Il filme au plus près ses personnages et leurs émois, avec beaucoup d’humour et de poésie. Pourtant, ce n’est pas tant ce qui l’intéresse. Ce qu’il veut montrer c’est la manière dont ces jeunes d’origines et de cultures différentes se heurtent et comment ces tumultes font grandir ces personnages. Quand l’un va apprendre l’humilité et la prise de recul par une désillusion amoureuse, les deux autres vont gagner en confiance et aller de l’avant tant personnellement qu’émotionnellement, ils vont même passer à l’âge adulte. On a là une forme de récit initiatique, avec même une conclusion qui corrobore à la dimension du conte, tout en faisant ressentir la force des relations éphémères d’été.

Habile narrativement, fort d’une mise en scène épurée et réaliste, A l’abordage est une réussite qui laisse rêveur et heureux. On déguste cette tranche de vie avec joie, se rappelant ainsi la beauté des jours ensoleillés et des rencontres qui les accompagnent.

À l’abordage de Guillaume Brac. Avec Eric Nantchouang, Salif Cissé, Edouard Sulpice. 1h35

Date de sortie non communiquée

À propos Elie Bartin

L'as du patrimoine, perdu dans un autre temps, qui à seulement 22 ans fait frémir André Bazin à chaque écrit. Ce que tu appelles "journée de 24h", j'appelle ça "deux films de Jacques Rivette". Mon relecteur a beau avoir raison en disant que la Corée est le pays ultime du cinéma, je joute contre vents et marées pour déclamer mon amour pour la belle France, qui ravit mes séances depuis toujours, avec une verve et rage que l'on pourrait penser snob. Alors je me soigne en écrivant ici, et en variant les sujets, parce que j'aime de tout, et que tout est cinéma. Et en vrai je suis juste un petit con sans arrogance qui prend tout avec cynisme et sans sérieux. Allez viens, on se marre bien. (Merci à Thierry de Pinsun pour la bio)

0 comments on “À l’abordage : conte d’été

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :