Critiques

Kajillionaire : Family business

Le Japon a Kore-Eda et son Affaire De Famille, la Corée a Bong et son Parasite, les États-Unis ont Miranda July et son étrange Kajillionaire. Le point commun de ces films aux abords différents ? Ces familles de galériens vivant de petits larcins et autres arnaques. À l’instar des œuvres précédemment citées, Kajillionaire joue de son ton léger, de sa maîtrise des codes de la comédie pour cacher derrière ses couches d’hilarité un véritable drame humain.

Devant le centre de tri de la poste, les Dyne attendent patiemment l’heure fatidique pour opérer leur stratagème. Dès que la rue est vide, c’est la jeune Old Dolio qui effectue sa chorégraphie, le parcours d’obstacles pour lui faire éviter les caméras, et pouvoir atteindre les artefacts convoités. Le but : voler le courrier du jour, récupérer un butin et des objets que le trio pourra revendre. On les voit alors passer de larcin en larcin, menant souvent à des désillusions où Robert, le patriarche, doit réfléchir à une solution de secours, toujours plus exagérée. L’arrivée, pendant une opération, de Melanie, qui s’incruste dans cet univers à part, va totalement bouleverser cet équilibre précaire, particulièrement Old Dolio, qui va se découvrir une attirance pour la jeune femme et s’interroger sur son existence.

Tout en conservant la légèreté, le décalage, propres au monde de cette famille atypique, une dimension dramatique va s’installer à mesure que ces deux jeunes filles, aux éducations diamétralement opposées, vont se confronter. L’occasion de voir que la véritable arnaque, le crime parfait, est l’existence même d’Old Dolio. Jusqu’à son nom, choisi pour compléter un schéma d’arnaque à l’héritage, elle a été conçue et conditionnée par ses parents pour être l’atout parfait à chaque machination. Débrouillarde de ses mains, manipulatrice dans la négoce, ses capacités n’ont d’égales que son incapacité à comprendre le monde si l’entoure. Melanie, fille « normale » dans ses aspirations, lui apparaît alors comme un ovni, le décalage face à sa réalité conditionnée. À l’image de ce mur qui se recouvre quotidiennement de mousse, et que la famille doit venir éponger à heure fixe sous peine de voir leur immeuble s’effondrer, Old Dolio se laisse submerger par ses questionnements. Départ dans un récit d’émancipation hors-norme, où sa libération du gouffre parental se marie avec sa découverte d’une réalité plus simple, où sa jeunesse peut s’établir.

Inutile de dire qu’Evan Rachel Wood tient le métrage sur ses épaules. Plaisir que de la voir dans un rôle hors norme mais qui lui confère un jeu précis et subtil, à l’image de ses comparses, Richard Jenkins en tête. Tant dans son rôle d’une froideur équivoque que dans les premiers émois de la romance proposée, qui retrouve les tonalités d’un Punch-Drunk-Love sous acides.

Kajillionaire est une proposition de cinéma clivante, bienvenue dans une sélection qui habituellement joue d’ultra-réalisme. Un métrage hors des sentiers battus, qui se plaît à être différent, mais traite de l’humain et sa complexité de la meilleure des manières.

Kajillionaire de Miranda July. Avec Evan Rachel Wood, Richard Jenkins, Debra Winger… 1h46
Sortie le 30 septembre

À propos thierrydepinsun

Aficionado du cinéma de genre mais aussi en tous genres, je grignote de la pellicule et j'use de ma plume depuis un petit moment. Correcteur au même titre que rédacteur, on veut parfois ma peau comme celle de Roger Rabbit mais ma carrure à la Vin Diesel (ma calvitie surtout) me permet de survivre tant aux mauvais films qu'aux menaces de mes partenaires d'écriture. En fait, je suis surtout là pour parler 7ème art sans langue de bois mais toujours avec le sourire, en espérant transmettre mon insatiable soif de découverte ! Merci à Elie Bartin pour la bio !

0 comments on “Kajillionaire : Family business

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :