DVD/VOD/SVOD

Brutus VS César : Erratum

En 2015, l’humoriste Kheiron nous avait agréablement surpris avec Nous trois ou rien qui revenait sur la vie mouvementée de ses parents partis d’Iran en pleine crise politique. Une première réalisation qui faisait émerger un talent qui se confirma en 2018 avec Mauvaises Herbes, un film social et drôle sur une bande d’élèves en difficultés qui, ignorés par le système scolaire, trouvent leur salut grâce à un autre petit voleur de banlieue reconverti en éducateur par obligation. On attendait son troisième long-métrage avec impatience : une pure comédie au casting cinq étoiles qui s’avère être finalement une sacrée déception.

César fait régner la tyrannie sur Rome. Deux de ses sénateurs, Rufus et Cassius, décident de se révolter et de faire tomber l’empereur. Pour cela, ils demandent l’aide de Brutus, le fils renié par César. Le seul problème c’est que Brutus n’a rien d’un brute, loin de là. Préférant s’éviter les problèmes et la bagarre, le garçon est un marginal qui ne se mêle pas à la foule. Alors quand il se met en tête de tuer César, rien ne se passe comme prévu.

https://www.premiere.fr/sites/default/files/styles/scale_crop_1280x720/public/2020-09/nivt.jpg

Dubitatif à la sortie de la bande-annonce, on voulait quand même laisser le bénéfice du doute à Kheiron car on le sait, le garçon est doué. Mais là où il arrivait à insuffler un humour intelligent et efficace dans ses deux premiers long-métrages, on se rend vite compte de ses limites. Comment ne pas penser forcément à Astérix : Mission Cléopâtre, à Deux Heures Moins Le Quart Avant Jésus-Christ ? N’est pas Alain Chabat ou Jean Yanne qui veut. Pourtant le film se façonne son petit chemin sans trop d’encombres pendant une bonne demi-heure. Les personnages sont rapidement attachants, les vannes s’enchaînent et fonctionnent. On ne peut décemment pas retirer au film une véritable ambition, que ce soit au niveau des décors ou de la musique. Mais toute cette exhibition de moyens ne viennent pas compenser un manque flagrant d’écriture.

Car une fois que le film a fait le tour de ses vannes, ces mêmes blagues se répètent l’heure suivante… et dieu que c’est long. Le parfait exemple reste celui de Brutus qui, dès qu’il court se casse la gueule. Le bonhomme ne sait pas mettre un pied devant l’autre, c’est comme ça. C’est drôle lorsque ça arrive, ça l’est beaucoup moins lorsqu’on se coltine une scène au ralenti de Brutus courant et se ramassant la gueule en boucle sur fond de violons. Le tout vient se perdre dans un casting qui s’éparpille très vite, aux individualités sympathiques, au potentiel humoristique certain, mais qui sont desservis par l’écriture aux fraises. S’amuser et prendre du bon temps sur le plateau ne suffit pas à emporter le spectateur.

Brutus VS César est le premier gros raté de Kheiron. S’il était plein de bonnes intentions, le film s’embourbe dans un suite de sketches qui se ressemblent tous si bien que l’ennui s’installe très vite, et s’accompagne d’un certain énervement lorsqu’on sait que le bonhomme en a sous la semelle.

Brutus VS César de Kheiron. Avec Kheiron, Thierry Lermitte, Gérard Darmon… 1h27
Disponible sur Prime Video

0 comments on “Brutus VS César : Erratum

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :