Critiques DVD/VOD/SVOD

The Singing Club : Des fausses notes au Royal Albert Hall

Même si l’année 2020 aura été compliquée sur tous les points et que les films sont programmés puis déprogrammés à tout bout de champ, on est heureux de voir que l’industrie s’accroche et trouve toujours d’autres moyens de nous proposer de nouveaux films. Dans cette optique, Canal a crée le programme « Première » qui permet à ses abonnés de découvrir un film en exclusivité. Après Renaissance et The Secret Garden, c’est donc The Singing Club qui sera diffusé le 9 décembre prochain.

Kate, Lisa, Sarah et pleins d’autres femmes ont quelque chose en commun : un mari dans l’armée. Alors quand les hommes sont une nouvelle fois envoyés au front en Afghanistan, elles décident de se réunir pour combattre l’angoisse quotidienne en créant une chorale dirigée par la femme du colonel. D’abord simple activité de l’après-midi qui permet de se retrouver et d’oublier le quotidien pas toujours facile, cette chorale va rapidement prendre du galon jusqu’à devoir performer au Royal Albert Hall.

Le réalisateur de The Full Monty est de retour après plus de dix ans d’absence dans un film qui sent bon la « dramédie » britannique. Kate Taylor a du mal à s’accoutumer aux matinées-cafés auxquelles elle n’a jamais assisté auparavant. On distingue alors très vite une césure entre celle qui donne l’apparence d’une femme froide et les autres qui ont l’habitude de passer du temps ensemble et ont développé une certaine complicité. Quand Kate débarque avec ses règles et ses façons de faire, ce sont quasiment deux mondes qui s’entrechoquent et qui vont devoir s’appréhender.

The Singing Club : Photo Kristin Scott Thomas

Des fausses notes jusqu’au Royal Albert Hall il n’y a qu’un pas, un pas compliqué certes mais qu’elles effectuentt main dans la main. S’il y a des choses qui les séparent, c’est leur amour pour leur mari et leurs inquiétudes quotidiennes qui leur permettent de se comprendre : la peur au ventre constante dès que quelqu’un sonne à la porte, que le téléphone sonne ou qu’une voiture se gare devant chez elles. Et c’est bel et bien un drame qui nous ramène à leur dure réalité avant de nous refaire sourire l’instant d’après. Peter Cattaneo nous offre un sacré tour d’équilibriste pour nous faire passer par toutes les émotions possibles et nous plonger au cœur de la vie de ces femmes pleines de courage. Kristin Scott Thomas nous offre de beaux moments de douceur ponctués de folie absolument délicieux. Elle est magnifiquement secondée par des actrices solaires (Sharon Horgan et Amy James-Kelly en tête) qui donnent à The Singing Club un petit air de colonie de vacances pleine de bienveillance.

Véritable hommage à ces femmes courage, The Singing Club prône la vie, la force mais aussi ce que la musique est capable d’offrir dans une vie que ce soit un échappatoire, une façon de faire son deuil ou une famille.

The Singing Club de Peter Cattaneo. Avec Kristin Scott Thomas, Sharon Horgan, Jason Fleyming… 1h52
Sortie sur Canal + le 9 décembre

2 comments on “The Singing Club : Des fausses notes au Royal Albert Hall

  1. Ping : The Singing Club, Peter Cattaneo – Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

  2. Ping : FESTIVAL PREMIÈRE 2020 : Military Wives/ The Singing Club – Direct-Actu.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :