Critiques DVD/VOD/SVOD

Malcolm & Marie : Joutes d’une nuit d’été

Sam Levinson est, depuis plus de deux ans maintenant, un des jeunes réalisateurs et scénaristes les plus reconnus internationalement. En effet, après avoir scénarisé le mauvais Opération : Endgame en 2010 et mis en scène Another Happy Day en 2012, une comédie dramatique à peine plus intéressante, le réalisateur d’Assassination Nation a surtout gagné la reconnaissance du public avec sa série Euphoria, adaptation libre de la mini-série télévisée israélienne du même nom. Il revient ce vendredi 5 février avec Malcolm & Marie, un huis clos amoureux qui questionne les sentiments d’un couple par les vérités exposées durant une même nuit.

Une voiture s’approche lentement d’une demeure privée à Carmel, Californie. Malcolm & Marie, respectivement incarnés par John David Washington (Tenet, BlacKKKlansman) et Zendaya (Euphoria, Spider-Man: Homecoming), entrent déjà dans ce lieu théâtral, déjà prêt à accueillir les joutes verbales bientôt amorcées par les deux tourtereaux. Ils reviennent apparemment d’une avant-première du film de Malcolm, réalisateur convaincu, par les premiers retours, que son film rencontrera un succès critique et commercial. Mais alors que ce dernier fête ça, dansant sur de la musique jazzy dans la grande propriété californienne, quelque chose semble tracasser Marie…

Dès les premiers instants, le film saisit par un plan-séquence simple mais saisissant, laissant à ses comédiens suffisamment d’espace pour exposer leurs ambitions d’acteurs, Zendaya incarnant une Marie froide et cynique tandis que John David Washington semble vouloir représenter le contraire-même de son rôle du Protagoniste dans le dernier film de Christopher Nolan, un Malcolm excité et enivrant. Rapidement, ce noir et blanc ainsi que le grain caractéristique qui l’accompagne nous éblouit de par sa justesse mais aussi parce qu’il permet de donner davantage de force à la sensualité du récit.

Levinson semble vouloir moderniser le cinéma bavard et intellectuel de son aîné Woody Allen. Si le monochrome peut rappeler Manhattan, le film a davantage l’énergie d’un Annie Hall, s’amusant à critiquer, souvent de manière légitime, les différents acteurs du secteur cinématographique qui ont permis et permettront les réussites, d’hier et de demain, des futurs auteurs de ce même secteur. C’est parce qu’il a conscience de son actuel statut de metteur en scène en vogue que le scénariste du prochain film d’Adrian Lyne arrive à être passionnant, se servant de sa rhétorique et de son ton faussement moralisateur pour délivrer un propos politique pertinent vis-à-vis des futurs réalisateurs à en devenir auxquels il s’adresse.

Si l’expérience s’avère rapidement lancinante, elle en devient souvent aussi facilement essoufflée, ressentant le besoin d’alterner phases de conflits et d’armistices pour fonctionner sur la durée. Dans des fulgurances folles, le duo, saisissant au passage, nous entraîne dans la grâce d’une nuit éprouvante déjà traversée par, on l’imagine, des milliers de couples dans tous les pays du monde. Il expose aussi par là sa vision d’un art trop souvent questionné par ses intentions au détriment des émotions qu’il procure. Alors, on peut bien se demander pourquoi écrire cette critique et essayer de saisir l’ambition d’un auteur qui semble nous mépriser par le prisme de son personnage masculin. Mais ce serait sans prendre en compte la nuance apportée par Marie, qualifiant ce « monde de putasserie« , permettant au métrage de retrouver une part de son humilité.

Malcolm & Marie se veut dans la continuité des dernières productions du géant Netflix. Après Pieces of a Woman, aussi en partie produit par Levinson, la firme au grand N rouge permet à un autre auteur de proposer un essai aussi personnel que maniéré, mais à l’authenticité certaine, saisissant avec une certaine subtilité la substance de l’amour avec un grand A. Comme le disait si bien Oscar Wilde dans Le Portrait de Dorian Gray, « Alors que les critiques diffèrent, l’artiste est en accord avec lui-même. » Mais qu’en sera-t-il des spectateurs ? Rendez-vous le 5 février pour le savoir !

Malcolm & Marie, de Sam Levinson. Avec John David Washington, Zendaya… 1h46.
Sortie sur Netflix le 5 février 2021

1 comment on “Malcolm & Marie : Joutes d’une nuit d’été

  1. Ping : Malcolm & Marie, Sam Levinson – Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :