Critiques Festivals Gérardmer 2021

[Gerardmer 2021] Host : Connectés-bis

Connectés de Romuald boulanger est un film post-covid qui… Oups, excusez-nous, on se demandait pourquoi Audrey Fleurot et Michaël Youn avaient un si bel accent anglais. Recommençons. Dans la famille films post-covid, je voudrais un film britannique qui profite d’une situation sanitaire exceptionnelle pour faire un long-métrage Unfriended version wish. Host de Rob Savage est un found-footage en compétition pour le festival de Gérardmer 2021. Première question que nous avons le droit de poser : Pourquoi ? Deuxième question: Non mais vraiment, pourquoi?

Le pitch est simple, une séance de spiritisme entre amis par Zoom. Host prouve que dans le monde du cinéma, les arrivistes de toutes nationalités ont eu la même idée en même temps avec la situation extraordinaire du confinement. Faire des films produits avec l’argent de poche du petit cousin est maintenant possible avec ce concept de capture d’écran de conversations en ligne. La poule aux œufs d’or était de plus en plus évident pour ces monsieur Burns en puissance. Évidemment, on y évite les problèmes de tournage liés au coronavirus, en respectant presque toujours la distanciation depuis les appartements des actrices. Malheureusement le film n’essaie pas d’être un film mais un simple objet horrifique, un accessoire qui prend tout son sens s’il est visionné sur un ordinateur. Si la forme est stricte et ne permet pas de grandes libertés, une écriture plus travaillée des personnages n’aurait pas été de refus. L’intérêt aurait alors remplacé l’ennui des quarante premières minutes.

Si nous nous attardons énormément sur la forme, c’est parce que le fond est aussi vide que les salles de cinéma à l’heure actuelle. Le film nous embarque très vite dans une logorrhée éreintante, qui a pour objectif initial de nous faire ressentir un minimum d’intérêt ou d’empathie pour ses aventurières du plan astral. Aucun suspense, la tentative de Host est vouée à l’échec dans ce non-cinéma catégorique qui nie la notion de mise en scène. Si le film peut faire penser à Paranormal Activity, c’est en particulier avec sa structure narrative, qui se résume en trois-quarts d’heure de vide et dix minutes de melting-pot d’effets horrifiques .

Il fallait avoir beaucoup de culot pour faire un film comme celui-ci. Comprenez que maintenant les esprits peuvent voyager d’appartement en appartement grace aux internets. Ce point de départ anéantit la possibilité même d’un minimum d’investissement dans la tension du long-métrage. C’est l’année de tous les possibles, Host l’a bien compris. Afin d’éviter de passer pour les grands méchants de l’histoire, nous pouvons souligner quelques effets horrifiques intéressants par leur manière d’habiter l’objet formel du Zoom. Oh! N’oublions pas sa plus grande qualité : Sa courte durée! Si l’envie initiale était de s’occuper en temps de confinement alors le film est réussi, autrement c’est une œuvre filmique vouée à disparaître aussi vite qu’elle est apparue.

Le grand mystère du jour se trouve dans la selection d’un tel film en compétition officielle pour le festival de Gerardmer. Mis à part être un marqueur temporel, en tant que film post-covid, Host ne réussit pas à dépasser le statut de simulacre du genre.

Host, de Rob Savage. Avec Haley Bishop, Jemma Moore, Emma Louise Webb… 57 min

0 comments on “[Gerardmer 2021] Host : Connectés-bis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :