Critiques Festivals

Moon, 66 questions : la redécouverte de l’autre.

Peut-on réellement parvenir à connaître un parent ? C’est une question qui a dû traverser l’esprit de plusieurs personnes, justement par ce rapport qui s’établit dans ces liens familiaux bien plus compliqués qu’on ne le dit. Il y a des moments où nos parents montrent une autre image et parviennent, involontairement, à nous tendre la main pour se révéler de façon différente qu’à l’habitude. C’est ce que parvient à montrer ce  Moon, 66 questions  de façon assez émouvante.

Artemis doit revenir à Athènes s’occuper de son père avec qui le contact s’est brisé par des années de séparation. Alors qu’elle fait face à son état de santé, la jeune femme découvre un secret enfoui pendant des années par son père, ce qui changera à jamais leur relation.

Le film parle d’une forme de réconciliation par une situation, tragique par sa nature quotidienne. L’accident vécu par le père d’Artémis oblige celle-ci à poser un nouveau regard et à s’interroger sur la personne qui se trouve désormais dans ce corps. On sent poindre les regrets, alternant avec quelques moments de joie qui sonnent presque comme des retrouvailles. Il y a également les regrets des non-dits, l’impossibilité de recréer l’avant et de le retrouver. Tout ceci se dessine avec une certaine pudeur dans la mise en scène de Jacqueline Lentzou, proche de ses personnages tout comme de leurs émotions sans virer dans le trop ostentatoire.

On ressent la nature franche du film : le regard par moments perdu de notre héroïne et ce besoin de rapprochement qui se dessine passent par instants dans les yeux d’autres qui ne voient pas sa situation. La chaleur de cet été fait alors résonner les angoisses, joliment soulignées par une photographie aussi douce que dévastatrice. C’est dans ces instants qu’explosent certaines émotions, comme lors d’une étreinte qui nous laisse la larme à l’œil.

Moon, 66 Questions se révèle être un joli film pudique et faussement doux, rendant ses émotions plus fortes par son apparente simplicité d’ensemble. On va devoir rattraper les courts-métrages de Jacqueline Lentzou tout en suivant avec attention ses prochains projets au vu de sa maîtrise émotionnelle qui esquive un potentiel froid pour mieux embraser notre cœur. Le bouillonnement qu’elle a su invoquer dans ce premier long-métrage est de ceux pour lesquels on aime célébrer le septième art, que ce soit dans le confort d’un siège de cinéma ou dans la quiétude de son salon.

Moon 66 Questions de Jacqueline Lentzou. Avec Sofia Kokkali, Lazaros Georgakopoulos,Peter Rundle,… 1h48

En attente d’une date de sortie

À propos Liam Debruel

Passionné de cinéma depuis ma découverte de Super 8 dans un petit cinéma de village, j'essaie de découvrir le plus de films possibles avec un éclectisme passant de Kubo et l'armure magique à Alléluia sans aucune autre transition que mon amour pour le septième art. Fan de J.J. Abrams et doté d'un humour absolument raté, je profite de ma passion pour l'écriture en rédigeant des chroniques tentant d'être pertinentes. Je reste toujours animé par mon envie de partager mon amour pour les oeuvres qui retournent mon petit coeur de belge dans tous les sens.

0 comments on “Moon, 66 questions : la redécouverte de l’autre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :