Critiques Festival Ojoloco 2021 Festivals

[FESTIVAL OJOLOCO] El agente topo : James Bond va en retraite

Nos personnes âgées sont des personnes vulnérables et oubliées. Délaissées dans leur maison de retraite pendant plusieurs mois sans voir leur famille, c’est aussi le miroir d’une autre réalité, la solitude de certaines de ces personnes qui se retrouvent dans ces endroits aseptisés sans aucune visite. Et c’est à travers l’intelligence d’un docufiction que Maite Alberdi fait état d’un mal-être.

Au Chili, une femme s’inquiète du bien-être de sa mère placée dans une maison de retraite. Afin de mener des investigations, elle engage un détective privé. Ce dernier ne pouvant prétendre à y rentrer se met en recherche d’une personne âgée capable de faire la taupe. Et c’est des dizaine de vieux hommes qui se présentent à son bureau à la manière d’un casting pour un film avec énormément de légèreté et d’humour. Parmi tous les candidats, c’est le sympathique Sergio, 83 ans, qui est choisi pour intégrer la maison de retraite. Affublé de gadgets, il se lance dans sa mission tel un James Bond de l’ancien temps (qui a bien du mal à comprendre le concept du smartphone).

Le film commence sur un ton très léger, de la pure comédie où on apprend à découvrir Sergio. Ce vieux monsieur qui a encore toute sa tête découvre le principe du Facetime, des messages codés et de son stylo armé d’une mini-caméra. À croire qu’il ne semble pas saisir l’importance de sa mission : savoir si une des résidents subit de mauvais traitements. Après des premiers pas hasardeux où Sergio est obligé de scruter le nom sur chaque porte car il ne reconnaît pas la vieille dame concernée, il se prête au jeu et commence à sympathiser avec les résident·e·s tandis que le soir il fait des rapports très (trop ?) détaillés au détective.

Regarder El agente topo en streaming complet et légal

Au fur et à mesure de sa mission, Sergio ne sait plus où placer le curseur. Lui qui est censé garder une certaine distance ne peut s’empêcher de se lier d’amitié avec tou·te·s ces résident·e·s. Les langues se délient et on découvre un autre visage. Derrière les sourires, les activités sportives et les petites fêtes organisées, ce sont des personnes âgées seules qui se sentent abandonnées et qui ne reçoivent que trop rarement la visite de leurs proches. Des larmes qui nous touchent et transpirent la sincérité. En effet, la réalisatrice a fait appel à de vrai·e·s résident·e·s d’une maison de retraite, ce qui rend forcément le propos beaucoup plus authentique. Le film a du d’ailleurs s’adapter à ses acteur·ice·s amateur·ice·s et notamment inclure le décès d’une des résidentes.

Avec un style qui lorgne constamment entre le documentaire et la fiction, Maite Alberdi nous offre un film unique. Touchant dans son humour, sa simplicité et le message qui s’en dégage. El agente topo est un appel à l’aide, un cri du cœur qui nous rappelle la solitude de personnes âgées à travers le monde. À l’image de ce plan final où deux résidents disent au revoir à Sergio, cloitrés derrière une énorme grille en fer qui transforme cette paisible maison de retraite en sombre prison.

El agente topo de Maite Alberdi. 1h24

0 comments on “[FESTIVAL OJOLOCO] El agente topo : James Bond va en retraite

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :