C'est au cinéma Critiques

200 Mètres : Le mur de la honte

Voilà des décennies que le conflit israélo-palestinien fait des ravages et d’innombrables victimes. Il y a un mois, ces affrontements ont repris de plus belle et ont déjà fait de nombreuses morts, particulièrement du côté palestinien. Un drame qui prend des proportions que personne n’arrive à stopper et il semblerait que 200 Mètres du réalisateur palestinien Ameen Nayfeh tombe à point nommé pour offrir un œil nouveau et plus humain sur la situation.

Tous les soirs c’est le même rituel pour Mustafa. Sur sa terrasse, il est au téléphone avec sa femme et ses enfants pour leur souhaiter bonne nuit en faisant des appels de lumière. Même son de cloche de l’autre côté avec des enfants amusés par ce jeu. 200 mètres séparent Mustafa de sa famille. Un rien. Et pourtant c’est un mur qui s’érige entre eux avec d’un côté la Cisjordanie et de l’autre Israël. De temps en temps, sa femme Salwa lui rend visite mais le contraire est bien plus compliqué parlant puisqu’il doit obtenir un permis de travail, permis qu’il n’a plus puisque sa carte d’identité a expiré. Un incident obligeant son fils à aller à l’hôpital pousse Mustafa à passer du côté de l’illégalité pour prendre des nouvelles de son fils. Une longue traversée en voiture semée d’embûches.

Ameen Nayfeh aurait très bien pu faire de son film un brûlot politique, un film en colère à la recherche de solutions mais il n’en est rien. Et ce n’est pas plus mal. En s’appuyant sur Mustafa et les quelques autres passagers présents dans le minibus, c’est un constat d’un pays et de peuples qui vont mal, qui se retrouvent séparés et constamment à l’affut d’un quelconque danger (se faire attraper en passant le mur illégalement est de 2 500€ d’amende en plus d’être banni à vie de l’État d’Israël).

200 mètres: Ali Suliman

Le film navigue entre les genres. Empruntant d’abord les codes du road movie presque léger où chacun apprend à se connaître avant de passer par le thriller lorsqu’ils sont pris pour cible par des israéliens jusqu’au film à énigme lorsqu’on découvre qu’une touriste allemande en sait bien plus qu’il n’y paraît avant de conclure sur la chronique familiale. Reste à savoir si Mustafa sera capable de rejoindre son fils à l’hôpital. On ne vous dévoile pas le dénouement mais force est de constater qu’Ameen Nayfeh sait jouer avec nos sentiments et nous rappeler à quel point cette terrible situation semble engluée dans quelque chose d’impossible à résoudre.

Le malheureux hasard fait que 200 Mètres débarque dans les salles après que l’Israël et la Palestine aient fait les gros titres dans les journaux. Et si vous n’avez pas envie d’être affublé d’informations de toutes part, il vous suffit de voir le film d’Ameen Nayfeh pour enfin avoir un point de vue simplement humain sur la situation.

200 Mètres de Ameen Nayfeh. Avec Ali Suliman, Anna Unterberger, Lana Zreik… 1h37
Sortie le 9 juin

0 comments on “200 Mètres : Le mur de la honte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :