Critiques Les cycles thématiques Rétrospective Xavier Dolan

Rétrospective Xavier Dolan #7 : Ma vie avec John F. Donovan

Trois ans sans film de Xavier Dolan. Lui qui nous avait habitué à un rythme effréné depuis le début de sa carrière a disparu des radars. Le canadien s’est pris d’une folie des grandeurs, partant vers l’aventure hollywoodienne. Tout est là pour : un casting de rêve (Natalie Portman, Susan Sarandon, Kit Harington…), une superproduction qui lui laisse champ libre pour apposer sa patte artistique, une présentation en grandes pompes au TIFF et pourtant… Ma vie avec John F. Donavan n’a pas trouvé son public autant chez nous qu’outre-Atlantique.

Comme son nom l’indique, l’œuvre retrace la vie et la mort de John F. Donovan, superstar du petit écran au début des années 2000. Une carrière flamboyante, un jeune homme qui a tout pour plaire mais qui cache de sombres secrets. Même si en apparence – et pour faire bonne figure sur les couvertures de magazine – il est accompagné d’une charmante demoiselle également comédienne, John est en fait homosexuel et se retrouve contraint de le cacher à tout le monde. Parallèlement, un jeune garçon de 10 ans lui envoie une lettre. Ce qui ne devait être qu’un écrit parmi tant d’autres se transforme rapidement en une correspondance qui dure plusieurs années dans le secret le plus total. Ce n’est qu’au détour d’une banale dispute de collégien que le secret est révélé au grand jour, entraînant avec lui des conséquences irréversibles. Dix ans, le petit garçon a bien grandi et fait désormais la promo de son livre dans lequel il dévoile ses correspondances avec le défunt acteur et c’est au détour d’une interview avec une journaliste – d’abord méfiante vis-à-vis de son histoire – qu’il va ouvrir son cœur et raconter cette surprenante aventure.

Ma vie avec John F. Donovan

Les planètes ont bien eu du mal à s’aligner pour Dolan. Lui qui rêve depuis longtemps de se lancer dans un film américain rencontre de nombreuses difficultés. Deux ans de montage, une première version faisant 4h30, des coupes drastiques à faire… Jessica Chastain, une des têtes d’affiche du film, se retrouve totalement effacée, elle qui jouait le rôle de la rédactrice d’un grand magazine et qui était censé endosser un rôle antagoniste. Un choix qu’il a longuement expliqué sur Instagram, conjointement avec l’actrice qui a reconnu son talent et comprenait parfaitement son choix, loin de faire l’unanimité.

Habitué de Cannes, le Québécois devait se retrouver dans la Compétition Officielle du festival en 2018 mais surprise, Thierry Frémaux annonce qu’il ne sera pas présent, le film étant de nouveau retourné sur la table de montage avant de finalement sortir en mars 2019, accueilli froidement par la presse et le public. Un film qui se sera fait dans la douleur comme il le confie à l’époque à Télérama : J’ai connu toutes les déceptions que je pouvais vivre, humainement et artistiquement.

Ma vie avec John F. Donovan: Kit Harington

Pourtant, quand on s’y intéresse de plus près, Ma vie avec John F. Donovan s’avère être le miroir de l’enfance de Dolan. Nous le savons depuis ses débuts, c’est un enfant baigné dans le cinéma populaire dont l’une de ses idoles était Leonardo DiCaprio. Après le succès flamboyant de Titanic, il envoie une lettre à l’acteur pour lui clamer son admiration. Une lettre laissée bien évidemment sans réponse mais qui l’inspire pour ce film. Il est facile de deviner que le petit Rupert Turner n’est autre que Xavier Dolan enfant. Un monde fictif dans lequel son idole lui aurait répondu. Dans un second temps, John F. Donovan est également une part du cinéaste. Celle d’un jeune baigné dans le monde cruel qu’est le cinéma basé sur les apparences et les réseaux sociaux. Car même si aujourd’hui il semble plus simple d’accepter et d’affirmer son orientation sexuelle (et encore), le début des années 2000 était encore bien fermé à ça. Cacher son homosexualité pour rentrer dans les cases et obtenir plus facilement des rôles tout en esquivant paparazzis et autres malotrus pour garder son image lisse et parfaite. D’ailleurs, malheureux hasard, c’est à la même période que Xavier Dolan a supprimé son compte Twitter, recevant bien trop de messages haineux.

Mais Ma vie avec John F. Donovan, c’est aussi une belle déclaration d’amour. Celle d’un enfant qui, grâce à un acteur, a réussi à survivre, à vivre et à s’affirmer tel qu’il est. Rupert a surpassé les moqueries dans son collège et a réussi à se réconcilier avec sa mère grâce à cette correspondance qu’il entretenait. Finalement, c’est un message qui pourrait s’appliquer à la plupart d’entre nous. Nous portons chacun·e·s une admiration pour une personnalité publique et il peut arriver que certaines de leurs décisions ou leurs prises de paroles viennent affecter notre façon de voir ou vivre les choses. À travers le personnage de Rupert, c’est Xavier Dolan qui remercie toutes les personnes qu’il a pu admirer et qui ont forgé la personne qu’il est aujourd’hui.

Qui dit superproduction américaine dit forcément autre manière de travailler et ça se ressent. Même si l’on voit bien qu’il a gardé une certaine liberté de ton, on se retrouve avec un film moins abouti que les autres. Le pathos prend parfois un peu trop le dessus et on sent que la boucherie de la table de montage est malheureusement passée par là. Heureusement que Dolan peut compter sur un casting cinq étoiles entre Kit Harington très juste et à fleur de peau, Natalie Portman extrêmement touchante, Jacob Tremblay probablement aussi mignon qu’insupportable ou encore Susan Sarandon qui offre là l’étendue de son talent qui n’est plus à prouver (Fait marrant : Dolan avait également envoyé une lettre à Susan Sarandon lorsqu’il était jeune, comme quoi tout arrive !).

Même si l’on sent à quel point Ma vie avec John F. Donovan a été compliqué du début à la fin, il est indéniable que c’est le film le plus personnel de Xavier Dolan. Il y aborde ses thèmes fétiches certes mais avec un œil d’enfant heureux et reconnaissant et c’est certainement ce qui nous touche au visionnage de l’oeuvre. Boudé ou conspué par beaucoup, il restera probablement le film maudit du cinéaste malgré l’amour infini qui en ressort.

Ma vie avec John F. Donovan de Xavier Dolan. Avec Kit Harington, Natalie Portman, Jacob Tremblay… 2h03
Sortie le 13 mars 2019

0 comments on “Rétrospective Xavier Dolan #7 : Ma vie avec John F. Donovan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :