Cannes 2021

[CANNES 2021] Rien à foutre : le cri du cœur

Les propositions sont nombreuses à la Semaine de la Critique, et en particulier avec des premiers films. Rien à Foutre est celui de Julie Lecoustre et Emmanuel Marre, avec dans le rôle principal la merveilleuse Adèle Exarchopoulos.

Cassandre est une jeune hôtesse de l’air travaillant pour la compagnie low-cost Wing. Assez jeune, on la sent investie dans son travail qu’elle pratique depuis trois ans. La première partie du film nous montre son quotidien, elle expose la vie de Cassandre, on est dans un film de métier. On comprend assez vite que ce quotidien n’est pas tout rose pour elle, et pourtant, Cassandre en surmonte les efforts. À un syndicaliste en grève pour dénoncer les conditions de travail dans la compagnie, Cassandre répond que tout le monde n’a pas les moyens de protester, qu’il lui faut travailler pour gagner sa vie.

Et pourtant, Rien à Foutre, ce n’est pas qu’un film social. Cassandre est dans cette situation parce qu’elle a connu un drame familial, dont elle a bien du mal à faire le deuil même plus de trois ans après. Son travail fut un échappatoire. La seconde partie du film porte sur son retour chez ses parents, où elle doit se confronter au passé.

Cette ambivalence du film, oscillant entre drame familial et drame social non sans humour distillé çà et là, en fait une proposition de cinéma singulière et profondément intéressante. Cassandre, dans sa condition sociale, représente une génération qui s’habitue au cheap, à « l’ubérisation » du monde, et qui s’accomode de plus en plus à des conditions de travail indécentes, sans s’en rendre compte. Le parcours de Cassandre nous montre l’aliénation.

Ce que comprennent Julie Lecoustre et Emmanuel Barre, c’est que l’identification est d’autant plus forte que l’on est en empathie totale avec Cassandre. Après son masque d’hotesse de l’air, il faut donc en montrer toute la sensibilité, toute l’âme.

Rien à Foutre, c’est un film sur la violence au travail sans violence, sur une jeune femme qui se cherche, et, par généralisation, sur une génération qui s’accommode du monde tel qu’il est tout en lui disant d’aller se faire « foutre ». Ce cri du cœur, jamais prononcé, est pourtant omniprésent. Si le monde ne veut pas nous faire une place… Rien à foutre ! Nous nous la ferons nous-mêmes.

Rien à foutre, de Julie Lecoustre et Emmanuel Marre. Avec Adèle Exarchopoulos, Alexandre Perrier, Mara Taquin… 1h50. Sélection de la Semaine de la Critique 2021.
Sortie prochaine.

0 comments on “[CANNES 2021] Rien à foutre : le cri du cœur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :