Cannes 2021 Critiques Festivals

[CANNES 2021] The French Dispatch : Ça sent le marronnier

Gros titres cette année au Festival de Cannes ! Déjà décalé plusieurs fois à cause du COVID, le nouveau film de Wes Anderson, The French Dispatch fait partie de la Compétition Officielle du cru 2021. Un casting XXL, une esthétique propre à son réalisateur, il ne nous en fallait pas plus pour attendre ce film avec impatience. Peut-être même avec un peu trop d’impatience ?

The French Dispatch est un magazine crée par Arthur Howitzer Jr. dans la petite ville française fictive d’Ennui sur Blasé. Le dernier numéro publié avant sa mort prend vie sous les traits de ses différent·e·s journalistes à travers une épopée haute en aventure et humour. Sorte d’hommage autant à leur rédacteur en chef qu’aux médias.

Il est parfois compliqué de résumer un film de Wes Anderson tant il calque sa trame narrative sur un scénario à tiroir. C’est de nouveau le cas avec The French Dispatch où l’on commence avec l’origine du magazine avant de déployer son sommaire et se plonger tour à tour dans les enquêtes des journalistes. Sauf qu’on commence à connaître ce type de trame, et la surprise n’est plus trop là. On attend du Wes Anderson, on a du Wes Anderson. Ne devrions-nous pas être enjoué·e·s à cette idée ? Impossible de s’attacher aux personnages tant ils ne restent pas bien longtemps à l’écran – juste le temps de leur « enquête journalistique ». L’impression d’assister à un défilé de grands noms du cinéma (Adrien Brody, Tilda Swinton, Timothée Chalamet, Bill Murray, Frances McDormand et encore on vous a pas listé le nombre d’acteur·ice·s français·es qui passent à l’écran) sans que rien ne les lient réellement. On regarde, on rigole, on sourit des situations cocasses mais on s’ennuie profondément. On peut cependant reconnaître à Wes Anderson une envie de changement, ses plans fixes laissent parfois place à une caméra à l’épaule, ce qui est étonnant mais loin d’être déplaisant.

The French Dispatch: Bill Murray

Mais force est de constater que le film perd en consistance. Tout est prévisible et les tours de magie visuels chers à Wes Anderson ne camouflent pas le manque flagrant d’écriture du film. Les dialogues sont parfois trop longs, les silences trop courts, la poésie n’arrive jamais à s’installer durablement. Tout va trop vite, on est perdu et on finit par s’ennuyer. Est-ce que Wes Anderson aurait perdu de sa superbe ? Espérons que non mais il semblerait que le réalisateur s’embourbe dans une zone de confort peu rassurante quand on voit que son prochain film verra à sa tête de nouveau Adrien Brody et Bill Murray.

On ne peut pas dire que The French Dispatch soit un mauvais film. Un film de Wes Anderson ne peut pas être mauvais. Il y a de jolies choses malgré tout, un amour pour le métier de journaliste, une envie d’innover mais l’attente a joué en notre défaveur. Résultat, ce n’est pas son meilleur film mais ce ne sera clairement pas un dont on se souviendra durablement.

The French Dispatch de Wes Anderson. Avec Bill Murray, Adam Brody, Frances McDormand… 1h43
Sortie le 27 octobre

0 comments on “[CANNES 2021] The French Dispatch : Ça sent le marronnier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :