C'est au cinéma Critiques

The Suicide Squad : Gunn saves the DC

À l’heure où nous écrivons ces lignes, The Suicide Squad se hisse sur le podium Rotten Tomatoes avec un score de 98%. Un nombre jamais atteint par aucun film du DC Universe (et à juste titre, soyons réalistes). Même les critiques françaises se mettent plus ou moins d’accord pour dire que James Gunn vient de sauver le Suicide Squad en lui redonnant ses lettres de noblesse. Nous qui étions dubitatif·ve·s, devons bien avouer que l’escadron suicidaire de 2021 envoie du lourd.

On reprend (presque) les mêmes et on recommence ! Amanda Waller réunit la Task Force X pour une mission suicide sur l’île perdue de Corto Maltese où iels doivent se rendre dans un site ultra secret et y détruire le projet Starfish sous peine de voir le monde courir un danger imminent. Et pour mener à bien cela, elle fait appel au pire du pire des méchant·e·s enfermé·e·s à Belle Reve où elle recrute Bloodsport, Peacemaker, Capitaine Boomerang, Ratcatcher 2, Savant, King Shark, Blackguard, Javelin et Harley Quinn supervisés par le colonel Rick Flag. Un seul but, éliminer tous les adversaires qu’iels croiseront sur leur route !

Ces derniers temps, il semblerait que la Warner tente de se rattraper des tâcherons qu’ils ont pu sortir. Alors qu’en début d’année Zack Snyder redorait le blason de la Justice League, c’est au tour de James Gunn de faire quelques infidélités à Marvel pour prendre en charge The Suicide Squad. Et vu d’où on partait, ça ne pouvait qu’être mieux surtout connaissant James Gunn et sa légère tendance à ne pas s’imposer de limites.

https://photos.lci.fr/images/1280/720/the-suicide-squad-margot-robbie-84424e-0@1x.jpeg

Oui, on se souvient encore du Suicide Squad de David Ayer et oui, nos yeux saignent toujours autant. Souvenez-vous, le film de 2016 sombre, insipide, visuellement aussi inspiré qu’un enfant de cinq ans (et encore même lui aurait fait un truc plus coloré) et au casting aussi impliqué qu’Emmanuel Macron dans la crise de Coronavirus. James Gunn a passé un sacré coup de Kärcher sur le bébé, déjà du côté du casting. Même s’il en a gardé une bonne partie (Margot Robbie, Jai Courtney, Joel Kinnaman ou encore Viola Davis), il a surtout réussi à instaurer deux grosses têtes avec Idris Elba et John Cena. À eux deux, l’escadron a enfin une bonne gueule de méchants prêts à en découdre, et ça nous change de Will Smith et ses allures de bon papa. Malgré ce casting haut de gamme, il est intéressant de voir à quel point James Gunn n’hésite pas à le sacrifier pour le bien du film dans une scène d’introduction qui donne tout de suite le ton : tout le monde morfle, sans exception.

Et quand on dit que ça morfle, ça déconne pas. Au programme : têtes explosées, boyaux arrachés, gens découpés en morceaux et visages aspirés par des créatures extraterrestres. Le réalisateur s’autorise tout et permet à The Suicide Squad d’atteindre un niveau de jouissance inégalable tant la barre du WTF est toujours repoussée. Pas question de laisser le/la spectateur·ice respirer, tout s’enchaîne à une vitesse folle et un sens du timing qui nous fait comprendre que c’est bel et bien une mission suicide (et pas une simple promenade de santé dans une ville, n’est-ce pas David Ayer ?). La caméra s’éclate à filmer ses super vilain·e·s en roue libre, c’est ultra coloré et toutes les scènes d’action ont véritablement de la gueule. James Gunn sait ce qu’il veut et sait ce qu’il fait.

Mais The Suicide Squad ne serait pas aussi génial sans son casting qui s’éclate totalement. Qu’il est plaisant de voir enfin une Harley Quinn complètement tarée qui n’est pas simplement utilisée pour sa plastique. Le duo Idris Elba/John Cena se répond à merveille tant il est aussi drôle que con et même les quelques personnages qui ne font qu’une apparition ont plus de consistance que tout l’escadron réuni en 2016. Même Viola Davis a plus de consistance et nous fait vraiment peur pour une fois. Gunn tire (vous avez capté le jeu de mot) à balles réelles sur la politique américaine et embrasse le too much avec une aisance déconcertante si bien que les tonnes de blagues pipi-caca et les ralentis sur les poitrines arrivent à nous faire rire.

Revenu du cimetière des bouses qu’on voulait oublier, The Suicide Squad peut dire merci à James Gunn qui vient de les sauver et leur a refait un bon blason. Résultat, on en veut toujours plus !

The Suicide Squad de James Gunn. Avec Margot Robbie, Idris Elba, John Cena… 2h02
Sortie le 28 juillet

0 comments on “The Suicide Squad : Gunn saves the DC

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :