Angoulême 2021 Critiques Festivals

[Angoulême 2021] Amants : fausse romance

Quatre ans après Mal de Pierres, Nicole Garcia présente son nouveau film, Amants, en compétition à la Mostra italienne. La promesse de son cinéma classieux, qui joue avec la complexité des sentiments, intrigue, et donne envie de découvrir le couple électrique formé par Stacy Martin et Pierre Niney.

Pour Lisa, la vie s’articule autour de Simon. Amoureu·se·x, toujours dans la phase passionnelle de leur relation alors qu’iels sont ensemble depuis la cour d’école, le couple est indissociable, ne peut se passer l’un·e de l’autre. Elle, travaille dans la restauration, aspire à plus de responsabilités, mais refuse les opportunités si Simon ne peut la suivre. Lui, deale de la coke, leur permet d’assurer un train de vie confortable biaisant leurs réalités, et prend quelques aises avec ses client·e·s. L’aise de trop le mène à sa perte, lorsqu’une dose mal calibrée tue l’un des clients alors que le couple est en soirée chez lui. La fuite est inévitable, et Simon décide de partir seul, brisant son lien avec Lisa, et l’abandonnant derrière lui. Quelques années plus tard, Lisa, en compagnie de son mari Léo, vient pour les affaires de ce dernier dans le cadre paradisiaque de l’océan Indien. Dans leur hôtel grand luxe, elle réalise que le responsable des excursions sur l’île n’est autre que Simon…

D’une histoire d’amour naît un thriller, un triangle amoureux dont l’issue ne peut être que meurtrière. Léo et Simon se partagent le cœur de la belle, qui ne sait que faire entre renouer avec son amour passé ou maintenir le nouvel équilibre qu’elle est parvenue à trouver. Les tensions montent, la situation devient insupportable et il n’y a que dans la violence qu’elle peut se résoudre. Pour magnifier son histoire, Nicole Garcia met à profit son sens du cadre, de sa mise en scène épurée qui parvient à mettre en image tant ses décors extérieurs, intérieurs, que ses personnages dont elle fait ressortir le charisme à chaque plan. Sa manière de représenter les plages de l’océan Indien rappelle sa façon de magnifier le cadre estival d’Aix en Provence dans Un balcon sur la mer. Une fresque qu’elle veut épique, toujours léchée, aux airs d’aventure.

Mais derrière la grande histoire, celle qui fait s’envoler les cœurs et joue sur les doutes, se cache une réalité plus dérangeante. Au-delà de l’amour, que Stacy Martin et Pierre Niney passent leur temps à se déclamer, le film se targue d’une certaine passion pour le matérialisme, qui emporte bien plus que la passion charnelle pourtant supposée au centre du récit. Lisa n’est pas en train de se demander si son cœur prend la bonne décision, mais s’interroge plus sur son confort, les marques de richesse dont elle s’est entourée, et si elle est prête à y renoncer. Si c’est évoqué, et que l’on essaie de nous faire croire que ce tiraillement n’est pas réel, du moins pas aussi fort que l’amour et la passion qui l’animent, trop d’éléments concordent en ce sens. Cette mise en scène que nous trouvions alors si classe se veut un reflet de cette superficialité certaine, rendant ces personnages superflus, et détestables. Après tout, pourquoi s’attacher à eux quand leurs sentiments sont éradiqués par leur appât du gain, qui ne nous apporte plus d’empathie à leur égard ? Dans cet atour superficiel, les cadres deviennent inconséquents, témoins de cette volonté de bling-bling que Nicole Garcia ne semble jamais remettre en question, ni critiquer, n’ayant peut-être tout simplement pas conscience d’être aussi vaniteuse que les personnages qu’elle met en scène, et qu’elle pense nobles. Au contraire, dans ces longues séquences où Lisa parcourt les intérieurs gigantesques et luxueux, elle embrasse cette volonté de montrer du beau, et son sens du détail dessert totalement le propos, celui d’un film où les émotions sont à vif, décharnées.

Amants tente sur le papier, mais se perd par le même sel qui fait l’habituelle maîtrise de la cinéaste. De ses personnages auxquels on s’attache, dont la passion est palpable, le sentiment se délite peu à peu, jusqu’à rendre le film anecdotique, aussi vide que le sont les ambitions vaines de ses protagonistes.

Amants, de Nicole Garcia. Avec Pierre Niney, Stacy Martin, Benoît Magimel…1h42

Sortie le 17 novembre 2021

Aficionado du cinéma de genre mais aussi en tous genres, je grignote de la pellicule et j'use de ma plume depuis un petit moment. Correcteur au même titre que rédacteur, on veut parfois ma peau comme celle de Roger Rabbit mais ma carrure à la Vin Diesel (ma calvitie surtout) me permet de survivre tant aux mauvais films qu'aux menaces de mes partenaires d'écriture. En fait, je suis surtout là pour parler 7ème art sans langue de bois mais toujours avec le sourire, en espérant transmettre mon insatiable soif de découverte ! Merci à Elie Bartin pour la bio !

0 comments on “[Angoulême 2021] Amants : fausse romance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :