Critiques Festivals FIFIB 2021

[FIFIB 2021] Enquête sur un scandale d’État : Magouille ou débrouille ?

Tandis que le berceau du cinéma fête sa 13e édition du Festival Lumière, du côté de Bordeaux c’est le Festival International du Film Indépendant qui fête son dixième anniversaire. Cette occasion nous a décidée de nous y rendre et de le couvrir entre deux cannelés.

Thierry de Peretti est un habitué du FIFIB puisqu’il y a déjà présenté un de ses précédents films en plus d’avoir présidé le jury. Cette année le réalisateur revient avec Enquête sur un scandale d’État librement inspiré du livre L’infiltré d’Emmanuel Fansten, journaliste de Libération, et Hubert Avoine qui a travaillé pendant des années pour l’Office français des stups avant de dévoiler les coulisses et les combines d’un système judiciaire peut-être aussi voyou que celleux qu’iels pourchassent – avant de décéder d’une maladie en 2018 -.

Le cinéaste se lance ici dans l’exercice périlleux de la restitution de faits réels – et assez graves – sur fond de magouilles politiques et policières. Quelqu’un d’autre s’y est frotté cette année avec un résultat plus que contestable (coucou Bac Nord), et on était un peu frileux·se à l’idée de ce projet d’autant plus que le film commence par un encart précisant qu’il est une adaptation libre où les mots et ressentis des personnages ne reflètent en rien la réalité et qu’ils sont, de toute façon, fictifs. On nous a déjà sorti cette cartouche pour les copains marseillais. Heureusement pour nous, le film de Thierry de Peretti s’en sort un peu mieux.

Enquête sur un scandale d'état: Pio Marmai

En 2015, l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants est épinglé par la justice et par les médias après une saisie par les Douanes de deux camions remplis de 7 tonnes de résine cannabis en pleine journée dans une des rues de la Capitale et que le destinataire de cette drogue n’est autre que l’informateur du patron de l’Office. L’arbre qui cache la forêt, une forêt qu’Hubert Antoine a bien décidé de décimer avec l’aide d’un journaliste de Libération qu’il contacte pour dévoiler toutes les magouilles macabres de la tête de l’Office, Jacques Billiard. Une action qui a des répercussions énormes et qui remet en cause tout un pan du système judiciaire et des moyens mis en place par l’État pour lutter contre le trafic de drogues.

Le film navigue entre film d’investigation et quête personnelle de justice, ce qui lui fait cruellement défaut. Toute la partie journalistique manque cruellement de fond pour qu’on puisse ressentir l’importance des tenants et aboutissants de cette enquête hors-normes. On suppose que ces recherches furent aussi longues que minutieuses pour le journaliste Stéphane et pourtant jamais on ne nous retranscrit ce sentiment à l’écran hormis quelques scènes où le personnage de Pio Marmaï a le nez collé sur son ordinateur alors que tout le monde a quitté les locaux depuis belle lurette. Même son de cloche du côté d’Hubert qui prend énormément de risques pour dévoiler son histoire. Un bref dialogue entre lui et Jacques Billiard nous laisse sous-entendre que ce dernier a déjà menacé Hubert pour l’empêcher de parler et là encore on nous lance une piste dans le vent qui n’est jamais explorée alors que c’est là que réside tout l’intérêt du film, découvrir jusqu’où les autorités sont prêtes à aller pour empêcher un informateur de parler et de dégoupiller une grenade. Aucune tension ou peur pour les personnages ne s’immiscent dans le film si bien qu’on reste spectateur·ice face à quelque chose qui semble immense sans l’être à l’écran. Pourtant, le réalisateur réussit à nous rattraper par moment, entre les conflits qui surgissent ou lors de ce passionnant auditoire de Jacques Billiard face à la justice pour expliquer ses décisions. Le film tente de rester neutre au possible quant à savoir qui doit porter la responsabilité en posant des questions à plus grande échelle. Finalement, Jacques Billiard est loin d’être le problème principal, pire encore, il est persuadé de faire une bonne action et faire bouger les lignes pour proposer une nouvelle stratégie pour stopper ce fléau (des arguments qui sont tout à fait entendables lorsqu’il s’agirait plutôt de supprimer aux trafiquant·es leurs moyens logistiques et non la drogue en elle-même qui est une denrée qui sera toujours présente).

Malgré son trio d’acteurs (Pio Marmaï, Roschdy Zem et Vincent Lindon) qui offre une prestation magistrale, une photographie et une mise en scène aussi sobre qu’elle est efficace, Enquête sur un scandale d’État pâtit d’un manque d’approfondissement dans ce qu’il souhaite raconter en voulant se concentrer sur trop d’aspects en même temps.

Enquête sur un scandale d’État de Thierry de Peretti. Avec Pio Marmaï, Roschdy Zem, Vincent Lindon… 2h
Sortie le 9 février 2022

0 comments on “[FIFIB 2021] Enquête sur un scandale d’État : Magouille ou débrouille ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :