Critiques Halloween On rembobine

[HALLOWEEN] Black Christmas : Sombres festivités

Avant l’Amérique de John Carpenter et sa période d’Halloween, le Canada de Bob Clark réservait un sort tout aussi funeste à une autre célébration. Abordé comme un thriller psychologique, Clark forme une ambiance asphyxiante dès les première secondes. Filmant le lieu de ce quasi huis-clos (une maison pendant la période de noël) depuis l’extérieur, cette introduction malsaine nous place étrangement dans les chaussures du meurtrier.

Si son résumé peut paraître classique pour un film d’épouvante, il ne l’était pas tant que ça en 1974 quand le cinéaste sort ce que l’on peut qualifier rétrospectivement de “premier” slasher. Mais Black Christmas est bien plus qu’un film sous l’ombre des œuvres cultes qui l’ont succédé. Son propos pervers déjoue les attentes dans un film baigné d’influences hitchcockiennes le rapprochant du style de Brian De Palma. Se plaçant dans les traces d’un Psychose ou Peeping Tom par l’aspect voyeuriste d’un homme mentalement instable, il caractérise rarement physiquement son antagoniste autrement que par sa voix et sa vision.

Entité abstraite, le Mal est incarné par une absence provoquant chacune de ses apparitions comme un tournant majeur dans l’esthétique du métrage. Le malaise qu’il provoque se traduit par sa mise en scène du hors-champ, insistant sur l’environnement sonore qu’il dégage. Laissant le cadre à de rares moments faire dépasser son corps, le moment le plus oppressant étant justement celui où l’on voit ses yeux. Clark pose par ce biais l’élément central du regard : celui omniscient du tueur, incompétents des forces de l’ordre et naïf de la protagoniste Jessica Bradford.

Cet aspect voyeuriste masculin, commun à ce genre de films, donne de la profondeur sur la place qu’occupent les personnages féminins. La où les hommes semblent souvent dépassés par les événements et sont de potentielles sources de menace, les femmes sont au centre de l’attention. L’excentrique Barbara (sublime Margot Kidder) s’amuse à se moquer d’un policier avec malice quand Jessica (Olivia Hussey) s’inquiète pour son destin entre un petit ami frustré et un harcèlement téléphonique.

Dans sa dernière partie, le film prend de l’ampleur en se resserrant sur les appels du tueur. L’harcèlement devient le cœur du long-métrage par le montage alterné entre Jessica attendant la sonnerie du téléphone et la station de police traçant l’appel. Un suspense haletant se crée, renforcé par notre connaissance de la localisation proche du danger. La séquence finit dans un meurtre stylisé qui laisse en plein effroi par les sons que produisent le tueur et sa victime à travers l’appel.

Finalement, le dernier plan advient comme un choc narratif par un retour au plan d’ouverture sous un angle profondément dérangeant. Notre regard à changé, l’apparente insouciance du début est remplacée par l’échec de vaincre un Mal indistinguable, tapis dans l’ombre au recoin d’un lit ou d’un miroir. En se rapprochant de la banalité du quotidien, le cinéaste évoque des problématiques terrifiantes remettant en cause notre sécurité au sein même de nos lieux de vie. Situant l’action à Noël, le propos est doublé d’une réflexion sur l’apparence trompeuse d’un moment de joie et de partage. Clark nous laisse le souffle coupé, frustré par ce choix scénaristique mais comblé par son constat terriblement noir d’un film non moins étouffant malgré ses quelques éclaircies comiques.

Black Christmas de Bob Clark. Avec Olivia Hussey, Margot Kidder, John Saxon et Keir Dullea1h38.

Sortie le 11 Octobre 1974

À propos JolanF

Contaminé par la passion du cinéma depuis ma jeunesse, je suis actuellement en seconde année de master. Mon obsession pour cet art s'étend à un mémoire sur David Fincher, une addiction au cinéma de genre et à des expériences filmiques radicales.

0 comments on “[HALLOWEEN] Black Christmas : Sombres festivités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :