Critiques Festivals

CANNESERIES 2022 : Francophorny

Après avoir couvert la quatrième édition en 2021, On se fait un ciné est de retour à CANNESERIES pour cette cinquième édition, et y a fait des découvertes ! Ayant pris place du 1er au 6 Avril dernier, cette saison du festival était une nouvelle fois composée de dix séries longues et dix séries courtes, ainsi que de nombreuses autres en hors compétitions ou en projections spéciales. Après avoir visionné l’intégralité de la compétition officielle, nous avons décidé de vous présenter nos cinq coups de cœur qui se sont relevés être deux séries françaises, deux canadiennes et une norvégienne. Quatre de nos cinq préférées sont donc francophones et laissent ainsi espérer un renouveau des séries indépendantes en langue française qui serait porté par une toute nouvelle génération.

Commençons par une série présentée en hors compétition dans la catégorie « Cannes Rendez-vous » : Des gens bien ordinaires. Créée et écrite par Ovidie, anciennement actrice pornographique avant de se diriger, plus récemment, vers la réalisation de documentaires puis dans le journalisme, cette série française traite, justement, du travail dans le milieu pornographique. Dès le premier épisode de la série, nous suivons Romain, étudiant de 18 ans décidant de débuter une carrière dans l’univers du porno. Des gens bien ordinaires réussit là où tant d’autres, à l’image de Xanadu (2011), ont échoué, en parvenant, à travers le dressage du profil de ce jeune homme inexpérimenté, à donner au spectateur un point d’accroche précis et identifié. Des gens bien ordinaires n’est pas une série sur le porno, mais sur un jeune homme utilisant ce biais afin de se libérer d’un certain mode de vie au sein duquel il se sent emprisonné. En réussissant à caractériser au maximum son protagoniste principal, Ovidie parvient à offrir une porte manifeste au spectateur qui, une fois passée par celle-ci, ne pourra plus décrocher de la série.

Des Gens Bien Ordinaires

Dirigeons-nous maintenant vers la sélection officielle des formats longs avec Audrey est revenue, une série canadienne créée et écrite par Guillaume Lambert et Florence Longpré. L’Audrey du titre, c’est une jeune femme qui se réveille après 16 ans de coma. Mis à part l’âge auquel celle-ci est arrivée à l’hôpital, 17 ans, très peu d’éléments sont donnés sur la situation passée d’Audrey. Audrey est revenue se concentre ainsi sur la réhabilitation de cette femme totalement perdue dans un monde changé, mais également la reconstruction de la vie sa famille et de ses proches au sein de laquelle elle fait presque irruption, tant son retour était inattendu. La série prend ainsi le temps d’installer un sentiment d’évolution chez ses différents protagonistes que l’on sent changeant au fur et à mesure d’un seul et même épisode. Ce temps pris par la série offre parfois des moments de pure poésie, comme suspendus dans le temps. C’est par exemple le cas de cette séquence muette, en tout début du premier épisode où, rythmés par une douce et mélodieuse musique, les proches d’Audrey reçoivent l’appel de l’hôpital annonçant le réveil de celle-ci. Pas un bruit ne sera perçu par le spectateur qui, progressivement, devine les mots entendus à travers le téléphone grâce aux expressions de visages des personnages. 

Allons désormais faire un tour du côté des formats courts avec Everything You Love, série norvégienne de Marie Hafting. Quittant son domicile, Sara croise par pur hasard Jonas, jeune homme qu’elle a précédemment connu, dans une rame de métro. Un accident technique force l’échange entre les deux protagonistes et Sara tombe peu à peu sous le charme du jeune homme qui cache cependant un secret. Ce qui fascine dans Everything You Love, c’est tout d’abord la caractérisation des personnages. En à peine quelques minutes, la série parvient à donner de la profondeur et des nuances à son duo de protagonistes principaux. Il n’a besoin que d’un épisode pour se retrouver avec des enjeux que certaines séries mettent une demi-saison à développer. Pour autant, rien ne parait rapide ou bâclé, la série a juste trouvé d’entrée de jeu son tempo et s’en sert pour garder le spectateur dans un sentiment d’intérêt constant.

Everything You Love

Restons du côté des formats courts avec une série intitulée Complètement Lycée, créée par Rosalie Vaillancourt, Alec Pronovost et Charles-Alex Durand. La série est d’or et déjà assurée d’être l’une des choses les plus drôles que vous verrez cette année. Avec une maîtrise totale et parfaitement dosée de l’absurde, Complètement Lycée plonge à pieds joints dans les clichées des séries pour adolescentes afin de mieux les déjouer. Combat de popularité entre la reine du lycée qui sort avec un joueur de l’équipe de football américain et la petite nouvelle qui sera épaulée par son nouveau, et immédiatement meilleur, ami gay, les enjeux de la série frôlent le zéro. Grâce à cela, elle peut se permettre d’absolument tout tourner à la dérision. La série n’a jamais peur d’aller plus loin et se révèle être le contre-courant parfait d’un Sex Education ou d’un Euphoria dont les fans ne pourront d’ailleurs que raffoler de cette petite pépite canadienne !

Enfin, terminons notre panorama des coups de cœur avec, toujours dans les séries courtes qui auront décidément été les plus surprenantes, Platonique créée par Camille Rosset et Élie Girard. Aidé par le dynamisme de son récit, la série dresse le portrait de Yann et Elsa deux amis dans la trentaine qui quittent leur conjoint respectif afin de se mettre en colocation. Platonique jongle constamment avec les émotions des spectateurs, mais également avec celles de ses personnages, les faisant passer par l’amour, l’amitié, la solitude, le désir… À partir de bases très communes, c’est dans la simplicité du traitement de celles-ci que Platonique se démarque. La série ne cherche jamais l’excès et nous semble réconfortante dans la manière avec laquelle elle s’inscrire dans une forme de réalité. Cela permet ainsi à chaque spectateur de trouver son propre point d’accroche en fonction de son vécu.  

Ces cinq séries que nous vous conseillons seront disponibles dans le courant de l’année, en attendant vous pouvez toujours relire notre article sur la saison 2021 de CANNESERIES dont une partie des séries que nous vous avions conseillées sont désormais sorties !

À propos Florent Ringot

Considère que George A. Romero est bien plus politique qu'on ne le laisse croire. Ne peut s'empêcher de se demander ce qu'aurait été la carrière de David Lynch sans Mel Brooks, de Wes Craven sans cauchemars, de Johnny Depp sans Nicolas Cage... Estime que les plateformes de streaming tuent le cinéma, mais quel plaisir d'avoir accès à l'intégrale de Lavalantula en 2 clics. Pense que la qualité prime sur la quantité, mais que ce n'est pas une raison pour ne sortir que 3 films de genre français par an.

0 comments on “CANNESERIES 2022 : Francophorny

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :