Fragile : s’aimer comme une huître

Les comédies romantiques s’enchaînent à une telle fréquence qu’il peut s’avérer difficile de les distinguer les unes des autres si elles ne disposent pas d’une once de personnalité. On pourrait même parler d’une absence de fraîcheur à force de voir de nombreuses productions dans le domaine répéter la même formule ad nauseam (bien que ce reproche puisse s’adresser à d’autres titres ou genres cinématographiques). Pourtant, il nous semble impossible de ne pas tomber sous le charme de Fragile, romance aussi drôle que touchante qui se permet de dévier de nombreux codes attendus par le biais de son personnage principal, Az.

Ce dernier subit ainsi un énorme revers amoureux quand sa copine refuse sa demande en mariage et demande un break qu’elle passe avec la co-star de la série dont elle partage l’affiche (l’occasion de toucher à la parodie policière avec un aspect tellement marqué qu’il est impossible de ne pas faire de liens avec des productions existantes). Heureusement, il peut compter sur sa bande d’ami·es pour faire face à cette épreuve et se relever de son chagrin d’amour. Car oui, il est question de désespoir amoureux ici mais vécu par un jeune homme avec ce que cela implique de détresse mais également de fragilité.

Ce retournement de genre se voit directement adressé par une première conversation sur les moules, ce qui s’avère aussi drôle que pertinent dans la nature finalement non genrée du sentimentalisme décrit ici. Si l’aspect charnel du film se voit admirablement illustré par ses séquences de danse, celles-ci permettent justement de briser tout tabou du corps, toute forme de gêne normée pour mieux célébrer l’amour dans ce qu’il a d’universel. Les conventions émotionnelles adressées à tous les genres nourrissent le fond du long-métrage avec une justesse qui n’a d’égale que son éclat visuel.

Ainsi, Emma Benestan use de son décor et son aspect estival pour amener des contours solaires au film. Fragile se révèle aussi beau quand les corps se dessinent à l’approche du soleil que lorsque le crépuscule envahit le ciel de Sète. Sa sortie en été (l’année passée en France, depuis peu en Belgique) se révèle loin d’être anodine tant le film a l’effet d’une petite bombe romantique qui donne envie de se rendre à la plage avec ses ami·es les plus proches (l’occasion de souligner l’énergie particulièrement drôle de sa bande de jeunes acteur·ices). On sent même un réel potentiel de film de potes culte par le biais de certaines répliques hilarantes, qu’on vous laisse le plaisir de découvrir.

En effet, on ne connaît que peu de choses aussi plaisantes que de voir un film charmant faire éclater de rire une audience convaincue par son sujet. C’est le cas de Fragile, excellente comédie romantique aussi drôle que pétillante, d’une vivacité prenante et au casting solaire comme sa photographie. On ressort de sa découverte avec l’envie d’être amoureux·se, de cuisiner et savourer des pâtisseries sous un soleil éclatant, l’esprit léger et le corps prêt à danser comme si l’été n’allait jamais s’arrêter.

Fragile, réalisé par Emma Benestan. Écrit par Nour Ben Salem et Emma Benestan. Avec Yasin Houicha, Oulaya Amamra, Raphaël Quenard, … 1h40
Sorti le 21 août 2021

Un commentaire sur « Fragile : s’aimer comme une huître »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s