Critiques Deauville 2022

Montana Story : This is the end

Tout porte à croire par son titre que Montana Story lorgnerait autour du Western, malheureusement on en est très loin. Présenté en compétition à Deauville, le film parle des conflits familiaux dans un immense décor montagneux. Cal et Erin sont frère et sœur, ils se réunissent après l’attaque cérébrale du patriarche qui les amène à devoir gérer le ranch et le père alité.

Aucune raison de tenir un quelconque suspense concernant ce film, c’est un échec total. Un ratage et un refus catégorique de vouloir faire du cinéma. La célèbre expression « Show, Don’t tell » n’a jamais été aussi nécessaire. Chaque scène a pour ambition de laisser parler pendant de longues minutes son personnage qui se présente, parle de lui et explique les conflits existants. On ne nous montre rien, on nous filme Cal découvrant la situation et essayant de trouver un moyen pour continuer à payer les frais de soin, en vendant par exemple à l’abattoir le cheval de la famille. Les retrouvailles entre la sœur et son frère commencent avec un conflit concernant le fait que Erin souhaite épargner la bête. Sinon, il s’agit là d’un grand déballage d’histoire avec des plans resserrés alors que des décors monstrueux les entourent.

Un téléfilm M6 du dimanche après-midi, avec une mise en scène aléatoire qui démontre un manque criant de maitrise quant à la manière de raconter leur histoire. L’ennui est présent d’autant plus que la direction d’acteurs est également aux abonnées absentes. L’émotion de Cal semble se résumer en une grimace affreuse ayant pour but d’émouvoir le spectateur ; l’actrice qui joue Erin est à la fois absente et présente à l’écran. Les vrais responsables sont les initiateurs du projet, Scott McGehee et David Siegel, qui donnent à leurs acteurs un texte faisant l’exposition de tout le film. Les personnages habitant le récit n’existent pas, et font partie d’un non-évènement.

Nous essayons parfois de trouver quelque chose de positif dans un film, ici Montana Story nous rend la tâche ardue. On peut seulement vous dire que le cheval ne sera pas buté pour entretenir un mourant. Merci Montana Story pour la bonne action. En plus de privilégier une histoire uniquement racontée par ses personnages, le Montana n’est pas très bien filmé et ressemble à une carte postale appartenant à l’office de tourisme local. Difficile de faire preuve d’empathie, comprendre la souffrance d’une personne qu’on a détesté. Le film est, tout comme son personnage, en mort cérébrale et nous laisse de marbre quand les sujets traités pourraient nous émouvoir.

Montana Story existe par ses monologues ennuyeux et mal écrits. La tristesse de son troisième acte réside dans le fait que ce soit aussi plat que le reste. Tout ressemble à un radotage de grand-père.

Montana Story de Scott McGehee et David Siegel. Avec Haley Lu Richardson, Owen Teague, Gilbert Owuor… 1h53

0 comments on “Montana Story : This is the end

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :