Balle perdue 2 : The fate of the furious Lino

En ce début du mois de novembre, les plateformes de streaming s’adonnent à une compétition féroce puisque Prime Video et Netflix sortent à quelques jours d’intervalle un film d’action made in France. Alors que le premier se coltine grand-père Olivier Marchal et son Overdose à la sauce téléfilm TF1, le second nous propose la suite de Balle Perdue, avec la pression de devoir faire aussi bien que son prédécesseur.

Dans le premier volet, on découvrait Lino (Alban Lenoir), petit mécano avec des dons de pilotage de grosses bagnoles rapidement repéré par un flic (Ramzy Bédia) qui cherche quelqu’un capable de bricoler les voitures de police et attraper des « go fast ». Tout va bien dans le meilleur du monde jusqu’à ce que Lino se fasse trahir par des flics ripoux entraînant la mort de son frère et de son mentor. Comment passer la deuxième sans risque de caler ? Guillaume Pierret a bien huilé ses mécaniques en proposant une nouvelle aventure qui sort des sentiers battus par son prédécesseur pour dessiner sa propre route. Lino et Julia (Stéfi Celma) ont pris la tête de la brigade des stups, mais ce dernier a bien du mal à faire son deuil et cherche constamment la justice pour celleux qui ont perdu la vie, quitte à frôler l’interdit à bien des égards. Lorsqu’il découvre qu’un de ses précédents antagonistes est toujours en vie et protégé par la police, la situation dérape et le justicier qui sommeille en Lino se réveille pour tout fracasser sur son passage.

Guillaume Pierret enclenche la seconde avec un scénario et une galerie de personnages beaucoup plus resserrés. On revient à l’essentiel : la quête de justice de Lino d’un côté et l’évolution de Julia de l’autre. Il est d’ailleurs plus que galvanisant de voir à quel point cette dernière prend de l’ampleur dans ce nouveau volet. Plus sûre d’elle, plus badass, elle forme avec Lino un duo qui se complète. Stéfi Celma trouve là un de ses meilleurs rôles. En face d’elle, Alban Lenoir est impressionnant. Massif à l’écran, l’acteur donne corps à son personnage torturé à travers des cascades et des scènes d’action toujours plus impressionnantes.

Déjà bien aidé par un casting charismatique et impliqué, Balle Perdue 2 jouit d’un scénario qui va droit au but. Ainsi le film renoue avec le pur film d’action à la française qui s’est un peu perdu avec les années. Un film qui tabasse sans pour autant prendre ses spectateur·ices pour des jambons. Au contraire, si les scènes d’actions et de courses-poursuites en tout genre s’enchaînent à un rythme effréné, elles restent toujours lisibles, très bien filmées et mises en scène de manière à ce qu’on se sente immédiatement impliqué·es, passionné·es et impatient·es de savoir ce qui se passe juste après. Loin de simplement filmer des grosses bagnoles à la Fast & Furious, le réalisateur y injecte des propositions visuelles maîtrisées et inventives. Il peut d’ailleurs compter sur David Julienne (concepteur des cascades automobiles) et Manu Lanzi (préparateur physique et concepteur des combats) pour nous proposer des scènes d’une qualité qui se fait de plus en plus rare dans le cinéma français et qui se ressent dans le travail artisanal effectué (tremble Vin Diesel, nous aussi on sait faire éclater des voitures). Sans pour autant tomber dans le bourrin stupide, Guillaume Pierret trouve l’équilibre parfait entre mise en contexte, bagarres à mains nues et courses poursuites. Car même si ça explose de partout, le fil conducteur est toujours bel et bien présent. Les enjeux deviennent plus importants et plus dangereux. Le film se permettant même de préparer le terrain pour le troisième opus déjà annoncé.

À l’heure où le sempiternel discours du « Le cinéma français c’est toujours la même chose » fait rage sur les réseaux sociaux, il est revigorant de voir un jeune réalisateur qui, en seulement deux films, impose sa patte et son style. Après la déferlante Balle Perdue visionnée plus de 37 millions de fois à travers le monde en seulement un mois, on espère que le deuxième essai de Guillaume Pierret fasse tout autant des ravages (voire plus), lui permettant peut-être de proposer à l’avenir sa vision du cinéma sur grand écran. En attendant, Balle perdue 2 est bien la meilleure surprise de cette fin d’année. Le cinéma d’action français n’est pas mort, vive le cinéma d’action français.

Balle perdue 2 écrit et réalisé par Guillaume Pierret. Avec Alban Lenoir, Stéfi Celma, Pascale Arbillot… 1h38
Sortie sur Netflix le 10 novembre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s