Brooklyn Secret : Être une femme

La question de la représentation de la transidentité au cinéma est un sujet délicat. On le voit d’ailleurs encore en ce moment avec le prochain film de Marie-Castille Mention-Schaar où Noémie Merlant – son actrice fétiche – a été castée pour joué le rôle d’un personnage transgenre. Une polémique qui remet encore sur le devant de la scène le sujet « des act.eurs.rices trans pour jouer des personnages trans ». Dans Brooklyn Secret, cette question ne se pose pas puisque la réalisatrice – et également actrice principale – est une femme trans.

Continuer de lire « Brooklyn Secret : Être une femme »

Mon nom est clitoris : Tabou, vous avez dit tabou ?

Le climat actuel et les mouvements féministes poussent à une vraie libération de la parole, signe que la nouvelle génération est de plus en plus au courant de ce qui se passe et de ses problématiques inhérentes – même s’il y a encore du travail à effectuer -. Mais qu’en est-il des générations précédentes ?

Continuer de lire « Mon nom est clitoris : Tabou, vous avez dit tabou ? »

[ANNECY 2020] True North : Survivre à l’enfer

Crise sanitaire oblige, le Festival du film d’animation d’Annecy devient cette année numérique. En plus de tous les courts-métrages disponibles, certains films présentés en compétition et en contre-champs nous sont également proposés. Et pour une première entrée en la matière, nous nous sommes intéressés à True North d’Eiji Han Shimizu.

Continuer de lire « [ANNECY 2020] True North : Survivre à l’enfer »

Bluebird : Colosse fragile

Jérémie Guez a déjà fait ses armes littéraires en ayant déjà publié quatre romans à succès. Cette année, il s’arme de sa caméra pour adapter « L’homme de plonge » de Dannie M. Martin. Même si c’est sa première expérience en tant que réalisateur, Jérémie Guez a déjà de solides références derrière lui puisqu’on lui doit notamment le scénario de La nuit a dévoré le monde.

Continuer de lire « Bluebird : Colosse fragile »

BlacKkKlansman : Spike Lee enragé

Disparu des radars cannois depuis 2002 dans la section Un Certain Regard avec Ten Minutes Older, Spike Lee fait un retour en grandes pompes sur la Croisette en amenant son dernier film BlacKkKlansman directement en Compétition officielle. Grand bien lui fasse, le réalisateur est reparti avec entre ses mains le Grand Prix. Une distinction éminemment politique faisant autant écho autant au passé qu’à une actualité (malheureusement) toujours aussi brûlante.

Continuer de lire « BlacKkKlansman : Spike Lee enragé »

365 Jours : Aussi mauvais que dangereux

Voilà quelques jours que le film polonais 365 Dni (365 Jours en VF) fait parler de lui sur les réseaux sociaux. Montré comme le 50 Nuances de Grey (paye ta référence) polonais, le film qui est disponible sur Netflix accumule tous les clichés et toutes les frayeurs qu’on pouvait avoir. Après visionnage, ce texte relève autant de la critique que d’un avertissement simple : ce film est dangereux.

Continuer de lire « 365 Jours : Aussi mauvais que dangereux »

Il Était Une Fois Dans L’est : Doux adultère

Filmer le quotidien est un parti pris risqué quand on s’expose à ne rien raconter du tout, ou à ennuyer son spectateur dans ce spectacle répétitif. Pourtant, Il Était Une Fois Dans L’est s’inscrit dans cette veine. Sa réalisatrice décide de nous dresser le portrait quotidien de deux couples voisins, chacun trompant son partenaire pour aller avec… le voisin justement.

Continuer de lire « Il Était Une Fois Dans L’est : Doux adultère »

Blindspotting : Petit bijou pop

L’équipe du site soutient les prises de paroles qui ont actuellement lieu un peu partout dans le monde pour s’opposer aux violences commises contre la communauté noire. Le mouvement Black Lives Matter compte plus que jamais et nous avons donc décidé de lancer un nouveau cycle thématique. Pour l’inaugurer, nous avons décidé de republier notre critique de Blindspotting, découvert à Deauville et qui n’a malheureusement pas eu le succès escompté.

Continuer de lire « Blindspotting : Petit bijou pop »

J’y crois encore : Étouffe-chrétien

L’écriteau quasiment aussi grand que le titre qui disait sur l’affiche « Par le studio qui a sorti La La Land » aurait du être un avertissement suffisant. Pourtant vous connaissez le dévouement qu’on a pour vous et si on peut vous éviter deux pénibles heures alors on est heureux de le faire. Mais alors que dire sur ce J’y crois encore ? Mauvais mélange entre Nos Étoiles contraires et la Bible ?

Continuer de lire « J’y crois encore : Étouffe-chrétien »