Festival « Nature : Le regard féminin », une première édition vivifiante

Cette année nous étions invités à la toute première édition du Festival « Nature : Le regard féminin » qui se déroulait du 18 au 21 octobre dans la jolie ville de Perpignan. La question de la place de la femme dans la société et dans l’industrie cinématographique étant importante à nos yeux, il nous paraissait indispensable de nous y rendre et de vous faire un compte rendu de trois jours plus qu’inspirants.

Continuer de lire « Festival « Nature : Le regard féminin », une première édition vivifiante »

Matthias et Maxime : Mes amis, mes amours, mes emmerdes

À peine sept mois après Ma Vie avec John F. Donovan – qui n’a pas rencontré son public -, Xavier Dolan revient avec un nouveau film mais aussi dans une nouvelle dynamique. Celui qui en est déjà à son huitième film à tout juste 30 ans arrive à une période charnière de sa vie qui se ressent dans son nouveau film, Matthias & Maxime, et surtout dans le personnage qu’il incarne : Maxime. Dans un film beaucoup plus intime et tout aussi personnel que le reste de sa filmographie, il s’attarde sur d’autres sujets qui lui tiennent à cœur.

Continuer de lire « Matthias et Maxime : Mes amis, mes amours, mes emmerdes »

PIRANHAS : Chi rispetto vuol rispetto porta

Sorti en catimini en juin, PIRANHAS qui est reparti avec le prix du jury au dernier Festival de Beaune est pourtant une véritable claque qu’il vous est possible de rattraper en VOD dès le 11 octobre. Un premier film qui se plonge dans un Naples où s’affrontent ancienne et nouvelle génération de mafieux et où la jeunesse italienne perd toute son innocence au profit du pouvoir et de l’argent.

Continuer de lire « PIRANHAS : Chi rispetto vuol rispetto porta »

Joker : Tu ne riras point

Qui aurait cru que le réalisateur des Very Bad Trip, de War Dogs, Starsky et Hutch aurait réalisé un jour Joker ? Qui aurait cru que celui qui s’était spécialisé dans les comédies potaches et graveleuses se retrouve à la tête d’un projet aussi sombre que celui-là ? Qui aurait cru que ce film deviendrait la source d’une des plus grosses attentes de cette fin d’année ? Qui aurait cru que Joker de Todd Phillips remporterait le Lion d’Or à la dernière Mostra de Venise ? Et surtout, qui aurait cru que ce serait l’une des plus grosses claques cinématographiques de l’année ?

Continuer de lire « Joker : Tu ne riras point »

Chambre 212 : Ne pas déranger

Dire que le film était à deux doigts de ne pas être présent au dernier Festival de Cannes est un doux euphémisme qui s’atteste par les affiches de We The Animals et Grâce à Dieu qu’on peut apercevoir dans le film. Mais rater le coche à Cannes ça aurait surtout voulu dire ne pas donner ce prix d’interprétation à Chiara Mastroianni et franchement ça aurait été plus que dommage. Film à quatre voix (et beaucoup plus), Christophe Honoré dissèque avec mélancolie et humour la vie (extra) conjugale d’un couple marié depuis vingt ans.

Continuer de lire « Chambre 212 : Ne pas déranger »

Au nom de la terre : Souffrance sous silence

La détresse des ouvriers agricoles n’est pas nouvelle mais est malheureusement trop souvent passée sous silence. Des conditions de travail pénibles, des rendements qui ne sont pas toujours présents, l’accumulation de dettes, une industrie qui se modernise mais qui n’accompagne pas ses travailleurs… Petit Paysan en avait déjà fait un douloureux portrait il y a deux ans. Cette année, Au nom de la terre les remet en lumière mais permet surtout à son réalisateur de rendre hommage à son père, ouvrier agricole, décédé il y a vingt ans. 

Continuer de lire « Au nom de la terre : Souffrance sous silence »

Le Dindon : Et là c’est l’indigestion

« Tout le monde peut se tromper » nous l’affiche. Même Jalil Lespert. Celui qui avait brillé de talent avec Yves Saint Laurent et Iris commet ici sa première boulette. Et pourtant, vu le matériau d’origine, il semblait compliqué de ne pas s’en sortir. Pièce mythique de Georges Feydeau, Le Dindon à la sauce comédie française 2019 est un four absolu.

Continuer de lire « Le Dindon : Et là c’est l’indigestion »

Lucky Day : Si Tarantino avait eu un enfant avec le Diable

Beaucoup de sentiments contradictoires se bousculent à la sortie de Lucky Day . Est-ce un mauvais film ? Un nanar ? Un mauvais nanar ? Une vaste blague ? Est-ce qu’on l’adore pour son kitsch ou au contraire on le déteste pour cette même raison ? Il est vrai qu’aux premiers abords Lucky Day ressemble à du (mauvais) Tarantino (et c’est loin d’être un pur hasard) mais lorsqu’on s’intéresse un peu plus à la vie du bonhomme, quelque chose d’assez sincère se dégage finalement de son film.

Continuer de lire « Lucky Day : Si Tarantino avait eu un enfant avec le Diable »