Mine de rien : Made in Nord-Pas-de-Calais

Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, c’est trois siècles d’histoire et une région qui a connu d’énormes bouleversements sociologiques, historiques et économiques. Désormais inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce lieu est emprunt d’une force de caractère indéniable qui sent bon le dur labeur et le travail manuel. C’est à cette région que Mathias Mlekuz a voulu rendre hommage dans Mine de rien.

Continuer de lire « Mine de rien : Made in Nord-Pas-de-Calais »

Coffee & Kareem : Un déca bien serré

Amazon Prime nous avait déjà servi en terme de comédie graveleuse avec Guns Akimbo et c’est maintenant au tour de Netflix, qui a mis en ligne depuis le 3 avril Coffee & Kareem. Une comédie déjantée qui ne plaira pas à tout le monde mais qui a le mérite de nous faire bien rire. On vous offre votre dose de rire gras pour cette semaine ?

Continuer de lire « Coffee & Kareem : Un déca bien serré »

Donnybrook : Sang contre sang

Donnybrook c’est typiquement le genre de film qu’on aurait voulu et pu avoir dans un festival comme celui de Deauville qui met en avant le cinéma d’auteur, celui qui s’intéresse aux laissés-pour-compte. Mine d’or pour le cinéma indépendant qui s’évertue à dépeindre les marginaux sous toutes leurs formes, notamment à travers la violence. Tim Sutton a déjà une jolie carrière outre-Atlantique mais c’est la première fois qu’il débarque chez nous avec Donnybrook, disponible directement en VOD depuis le 25 mars dernier.

Continuer de lire « Donnybrook : Sang contre sang »

7. Kogustaki Mucize : Symphonie n°7

Voilà bien longtemps qu’un film n’a pas autant fait parler de lui et il faut dire que les bruits tout autour sont aussi intrigants qu’antinomiques. D’un côté vous avez ceux en larmes qui prêchent pour le film en criant sur tous les toits qu’il est indispensable, le meilleur de l’année et touti quanti… et de l’autre vous avez l’équipe qui supplie que ce massacre s’arrête, le pire de l’année, un nanar absolu. Difficile alors de s’y retrouver et de comprendre le pourquoi du comment. Du coup on s’est penché dessus pour vous, à nos risques et périls il faut bien l’avouer.

Continuer de lire « 7. Kogustaki Mucize : Symphonie n°7 »

Crip Camp : Handicapés mais pas que

On continue d’éplucher les catalogues de vos plateformes préférées pour vous dénicher de quoi vous occuper. Et ça tombe bien, Netflix a sorti il y a quelques jours un nouveau documentaire : Crip Camp ou comment un simple camp de vacances a mené à l’une des plus grandes révolutions du 20ème siècle aux États-Unis et permis de se rendre compte à quel point les personnes handicapées sont rapidement exclues de la société.

Continuer de lire « Crip Camp : Handicapés mais pas que »

Urban Wolf : Une web-série ambitieuse

Le cinéma est un art qui évolue avec son temps et ses technologies. Aujourd’hui l’ère du tout numérique inspire de plus en plus les cinéastes, que ce soit les films et séries interactifs, des mini-séries lancées sur le web avec des épisodes correspondant au jour et à l’heure de l’action (Skam France), le visionnage de ses œuvres préférées sur son téléphone où et quand vous le souhaitez que vous ayez une connexion ou non. Bref, tout est fait pour déployer le cinéma sur tous les supports possibles et imaginables. C’est dans cette optique que Laurent Tartour a lancé sa mini web-série Urban Wolf, un projet qui a rencontré un vif succès outre-Atlantique et qui débarque enfin chez nous sur nos téléphones.

Continuer de lire « Urban Wolf : Une web-série ambitieuse »

Guns Akimbo : Vainqueur par KO

Des milliers de questions nous ont traversé l’esprit lors de la sortie du trailer de Guns Akimbo. Étonnement, air dubitatif et surtout une curiosité qui est montée en flèche. Le film qui semble un peu emprunter quelques traits à Nerve ou encore Unfriended : Dark Web nous promet un bon gros moment de cinéma on fire pas très intelligent sur le papier mais qui aurait l’étoffe d’un 6 Underground (oui nous sommes optimistes ici).

Continuer de lire « Guns Akimbo : Vainqueur par KO »

Vivarium : Indéniable chute

Le cinéma a tendance à caresser le spectateur dans le sens du poil : entendez ici un film qui, même lorsqu’il sombre dans un profond désespoir, renaît de ses cendres pour y délivrer un message optimiste pour réchauffer les cœurs des spectateurs. Après tout le cinéma est là pour nous faire rêver. Le réalisateur Lorcan Finnegan prend le contre-pied absolu avec son premier long-métrage Vivarium ou comment mettre en scène la standardisation d’une vie à l’issue indéniablement fatale – bien que logique -. Déprimant vous avez dit ? Ce n’est que le début.

Continuer de lire « Vivarium : Indéniable chute »

Nous ne nous tairons plus

Illustration : @downtownzoe

Qu’il est compliqué de commencer ce papier. Plusieurs jours sont passés depuis le sacre aux César de Roman Polanski en tant que meilleur réalisateur pour son film “J’Accuse” et pourtant la colère est toujours là et ne disparaîtra plus, pas cette fois. Ici je parle en mon nom, en tant que rédactrice, en tant que cinéphile mais avant tout en tant que femme. Notre voix et notre travail ont longtemps été passés sous silence au profit de celui des hommes et puis il y a eu ce regain. Celui poussé par #MeToo, #BalanceTonPorc, des collectifs de femmes prêtes à parler et à dire stop. Des voix se sont élevées dans la société mais également dans l’industrie du cinéma qui subit de plein fouet ce sexisme et cette pression patriarcale. Pendant un instant nous y avons cru, certains sont tombés, d’autres non mais la parole s’est libérée. Quelque chose s’est transformé et ce quelque chose – qui a eu bien du mal à grandir et à se faire entendre – a été réduit en poussières en l’espace d’un instant, celui où Roman Polanski est sacré devant l’industrie cinématographique française, devant plus de deux millions de téléspectateurs. Cette force qu’on a voulu nous enlever n’a eu que pour effet de nous lever, encore plus fortes et encore plus nombreuses.

Continuer de lire « Nous ne nous tairons plus »

Désolé j’ai ciné #13

Premier numéro de l’année et déjà treizième numéro depuis sa création. Le temps passe vite non ? Bon il est vrai que ce nombre porte un peu malheur mais pas cette fois promis ! En effet, avec toute l’équipe on vous a concocté un numéro placé autant sous le signe de l’amour que celui des monstres (on aime la diversité ici) puisqu’on vous propose une … Continuer de lire Désolé j’ai ciné #13