Memories : De l’opéra, des effluves et des canons

Jamais diffusé sur grand écran jusque là (sauf au dernier Festival du cinéma d’animation d’Annecy), Memories de Koji Morimoto, Tensai Okamura et Katsuhiro Otomo a enfin le droit à une sortie en bonne et due forme dans les salles grâce à Eurozoom. L’occasion de (re)découvrir un monument du cinéma d’animation de 1995 qui nous offre un spectacle à couper le souffle.

Lire la suite de « Memories : De l’opéra, des effluves et des canons »

De l’autre côté du ciel : Par-delà les rêves

Chimney Town est une ville crasseuse qui abrite des usines à foison. Les grandes cheminées qui recrachent constamment une fumée épaisse ont fait de cet endroit une ville sombre et désespérée. Alors que chacun·e se complaît dans cette vie sans lumière, Bruno est un tailleur mais aussi un conteur d’histoires. À travers ses mises en scènes dans des petits pièces de théâtre en papier, Bruno narre de merveilleuses histoires sur tout un monde qui se cacherait derrière cet épais mur de fumée. Des histoires à dormir debout pour les habitant·e·s qui ne cessent de le conspuer excepté son fils Lubicchi qui se met à rêver et à espérer que quelque chose d’encore plus grand se trouve sous leurs yeux. Après la mystérieuse disparition de son père, Lubbichi quitte l’école pour devenir nettoyeur de cheminées et devient par la même occasion un paria pour avoir cru aux histoires de son patriarche. Le soir d’Halloween, il rencontre par hasard un monstre fait de déchets rejetés par les usines de la ville. Une drôle d’amitié naît entre eux.

Lire la suite de « De l’autre côté du ciel : Par-delà les rêves »

Rétrospective Hirokazu Kore-Eda #1 : Deuils poétiques

Hirokazu Kore-Eda est un réalisateur japonais connu et reconnu pour ses nombreuses chroniques familiales qui abordent de multiples sujets tels que le deuil, l’abandon ou la notion de famille qu’il remet régulièrement en question. À l’occasion de la sortie prochaine de Broker, retour sur une carrière quasiment irréprochable.

Lire la suite de « Rétrospective Hirokazu Kore-Eda #1 : Deuils poétiques »

Cha Cha Real Smooth : Mieux vaut tard que jamais

Si la plupart des adolescent·es connaissent ce moment de bascule vers le monde adulte durant leurs dernières années de lycée, d’autres prennent un peu plus leur temps par peur ou encore par facilité. Il est vrai que ce nouveau chemin peut être effrayant à bien des égards mais parfois il suffit d’une rencontre pour se décider à faire le premier pas. Une danse avec la vie qu’Andrew tente d’apprivoiser dans Cha Cha Real Smooth.

Lire la suite de « Cha Cha Real Smooth : Mieux vaut tard que jamais »

Jurassic World 3 : La Nuée 2

Les beaux jours pointent leur bout du nez et avec eux la salve de blockbusters habituels. Alors que Tom Cruise prend les commandes dans les airs, c’est sur terre que Chris Pratt et sa bande reviennent avec le troisième volet de la saga Jurassic World. Suivant les évènements du second opus, les voilà engagé·es dans une mission sauvetage qui ne sera pas sans risque…

Lire la suite de « Jurassic World 3 : La Nuée 2 »

Les nuits de Mashhad : Sans lendemain

Originaire d’Iran avant de partir en Europe pour ses études, Ali Abbasi nous a gratifié jusque là de films mystérieux, parfois même mystiques entre Shelley et Border. Pour sa troisième réalisation, il retourne sur ses terres natales pour mettre en images un tueur en série de prostituées qui a bousculé les médias et la société iranienne.

Lire la suite de « Les nuits de Mashhad : Sans lendemain »

Retour à Séoul : Des racines et des ailes

Davy Chou est un réalisateur franco-cambodgien qui a toujours eu à coeur d’évoquer ses origines dans ses différentes oeuvres. Dans Le sommeil d’or, il s’aventure dans l’histoire du cinéma avant et après l’arrivée des Khmers Rouges et redonne la parole à celleux qui ont fait le cinéma de cette époque et qui ont vu tout un pan de leur culture disparaître. Avec Diamond Island, il évoque l’adolescence au moment où Phnom Penh connaissait un boum économique transformant drastiquement la ville. Cette fois on part du côté de la Corée du Sud avec Retour à Séoul où quand la recherche des parents biologiques devient une entreprise plus fastidieuse et éprouvante que prévue.

Lire la suite de « Retour à Séoul : Des racines et des ailes »

La Jauría : Sentence irrévocable

Tout juste couronné du Grand Prix à la Semaine de la critique – ainsi que du prix SACD pour son réalisateur Andrés Ramírez Pulido -, La Jauría signe l’émergence d’un cinéaste colombien qui sait s’emparer de sujets importants dans son pays (la violence des jeunes gangs colombiens) pour proposer une réflexion associée à une imagerie des plus saisissantes.

Lire la suite de « La Jauría : Sentence irrévocable »

Sans filtre : Les riches tombent à l’eau, qui reste sur le bateau ?

Après cinq ans d’absence et sa Palme d’Or pour The Square (critique acerbe du monde de l’art notamment), Ruben Östlund décide d’emmener le public sur une croisière de luxe qui vire au cauchemar. Également présenté en compétition officielle pour l’édition 2022, son Triangle of sadness nous a apporté bien des plaisirs.

Lire la suite de « Sans filtre : Les riches tombent à l’eau, qui reste sur le bateau ? »

Plus que jamais : Adjø Gaspard

Alors qu’on le retrouve actuellement dans la série Marvel Moon Knight, c’est bien au cinéma qu’on découvre le dernier rôle dans Plus que jamais, accompagné de Vicky Krieps. Le film, présenté dans la sélection Un certain regard de Cannes 2022, nous apporte bien des sentiments.

Lire la suite de « Plus que jamais : Adjø Gaspard »

Dalva : Ma fille, tu seras ma femme

Dans les thématiques difficiles à aborder, flirtant souvent avec le tabou, l’inceste se veut maître-étalon des silences gênés. Aborder l’horreur familiale par le prisme de l’abus, ou de l’emprise, deux choix aussi antinomiques que sujets à un besoin de justesse. En prenant le point de vue d’une enfant brisée, incapable de voir la terreur paternelle comme telle, Emmanuelle Nicot ose l’impossible, et traite surtout d’un récit de reconstruction pertinent. Présenté à la Semaine de la critique cannoise, le film nous offre l’émergence d’un talent prometteur.

Lire la suite de « Dalva : Ma fille, tu seras ma femme »

Domingo et la brume : Mist-ique

Dans la crise qui entoure les propriétaires terrien·nes, en proie aux promoteurs en tous genres prêts à toutes les bassesses pour les déloger, on en vient souvent à se demander pourquoi, face à la désertification des régions et aux gros sous proposés, les propriétaires n’abandonnent pas leur habitat pour trouver un nouveau confort. Au-delà de l’appartenance et la dévotion aux sols qui nous ont vu grandir, c’est une teinte mystique, superstitieuse, qu’aborde Ariel Escalante Meza dans Domingo et la brume. Lui qui avait déjà surpris en 2019 avec The Sound of things continue sa carrière prometteuse.

Lire la suite de « Domingo et la brume : Mist-ique »

Rodeo : Fille du bitume

L’émergence de nouveaux talents, c’est la découverte avec cinéastes qui repoussent des limites, proposent de nouvelles histoires et de nouveaux points de vue avec une fraîcheur et une hargne belle à voir, que la justesse soit au rendez-vous ou pas. Avec Rodeo, présenté à Cannes, Lola Quivoron décide de nous faire vrombir.

Lire la suite de « Rodeo : Fille du bitume »

L’Envol : Loin de ces fatalités qui collent à leur peau

Lorsqu’il nous a proposé cette formidable adaptation de Martin Eden en 2019, nous sommes resté·es aux aguets quant aux futurs efforts de Pietro Marcello. Deux documentaires plus tard, c’est en France que le cinéaste italien pose sa caméra avec L’envol, présenté à la Quinzaine des réalisateurs cannoise.

Lire la suite de « L’Envol : Loin de ces fatalités qui collent à leur peau »

La femme de Tchaïkovski : Une Juliette sans son Roméo

Fort de ses excellents Leto et La fièvre de Petrov, Kirill Serebrennikov revient avec La femme de Tchaïkovski, un film en costumes envers qui les attentes sont fortes. Présenté en compétition officielle à Cannes, il est l’occasion pour le réalisateur russe d’enfin pouvoir monter les marches, quand il était assigné à résidence pour ses précédents films présentés lors du festival, mais aussi de mettre la barre bien haute pour ses concurrent·es.

Lire la suite de « La femme de Tchaïkovski : Une Juliette sans son Roméo »