Stromboli : derrière l’éruption, la réalité d’un pays

Pierre angulaire du néo-réalisme, Roberto Rossellini n’a de cesse à la sortie de la guerre d’évoquer les maux de son pays. Alors qu’il sort de sa trilogie de la guerre – Rome ville ouverte, Païsa, Allemagne année zéro – , il reçoit une lettre d’une comédienne lui disant beaucoup aimer ses films et vouloir travailler avec lui. Cette actrice, il s’agit d’Ingrid Bergman, grande star hollywoodienne ayant déjà collaboré avec Michael Curtiz (Casablanca) ou encore Alfred Hitchcock (Les enchaînés). Cette rencontre cinématographique a donc lieu sur Stromboli, monument du néo-réalisme, qui ouvre la Carte Blanche du Festival La Rochelle Cinéma de 2020, dans lequel le cinéaste continue d’explorer l’après-guerre avec cette fois-ci une dimension méta en prime.

Continuer de lire « Stromboli : derrière l’éruption, la réalité d’un pays »

Brooklyn Secret : Être une femme

La question de la représentation de la transidentité au cinéma est un sujet délicat. On le voit d’ailleurs encore en ce moment avec le prochain film de Marie-Castille Mention-Schaar où Noémie Merlant – son actrice fétiche – a été castée pour joué le rôle d’un personnage transgenre. Une polémique qui remet encore sur le devant de la scène le sujet « des act.eurs.rices trans pour jouer des personnages trans ». Dans Brooklyn Secret, cette question ne se pose pas puisque la réalisatrice – et également actrice principale – est une femme trans.

Continuer de lire « Brooklyn Secret : Être une femme »

Benni : l’enfant sauvage

Parfois, il est impossible de s’adapter, de vivre normalement, de se mêler aux autres sans que cela ne fasse des étincelles. Cette agressivité, incontrôlable,= est d’autant plus handicapante dans les jeunes années. Avec Benni, Nora Fingscheidt s’attaque à cela frontalement, au travers d’un drame puissant qui a su conquérir la critique comme le public allemand, faisant même une razzia à leur équivalent de nos César.

Continuer de lire « Benni : l’enfant sauvage »

Be Natural : Quand Le Cinéma Se Voulait Femme

Les injustices, Alice Guy-Blaché les connaît bien. Après des années à tenter de récolter la reconnaissance pour son travail – et en être créditée, tout simplement -, le documentaire qui lui est consacré, Be Natural, voit sa visibilité réduite au minimum par une distribution timide, peu communicante. Un film mort-né, qui dresse pourtant le portrait d’une des figures les plus importantes de cet art que l’on chérit tant.

Continuer de lire « Be Natural : Quand Le Cinéma Se Voulait Femme »

Mon nom est clitoris : Tabou, vous avez dit tabou ?

Le climat actuel et les mouvements féministes poussent à une vraie libération de la parole, signe que la nouvelle génération est de plus en plus au courant de ce qui se passe et de ses problématiques inhérentes – même s’il y a encore du travail à effectuer -. Mais qu’en est-il des générations précédentes ?

Continuer de lire « Mon nom est clitoris : Tabou, vous avez dit tabou ? »

La Capitale Du Bruit : Mitoyen immonde

À Strasbourg, et à la nuit tombée, plus personne ne peut vous entendre crier. Du moins, c’est le souhait le plus cher de Robert, qui parcourt les rues alsaciennes en quête de contenu vidéo pour humilier les soiffards, faire réagir, et annihiler toutes les nuisances sonores nuptiales. Armé de sa caméra, il filme ces « indésirables » et rêve d’une capitale européenne plus reluisante, d’une « Strasbourg aux strasbourgeois », débarrassée de ce fléau humain qui s’amuse le soir.

Continuer de lire « La Capitale Du Bruit : Mitoyen immonde »

Balle perdue : de l’action nerveuse et efficace

Un nouveau nom à retenir : Guillaume Pierret. Habitué aux courts métrages, il signe avec Balle Perdue son premier long. un film qui atteint sa cible, tant malgré un scénario classique il parvient à fournir son lot de scènes nerveuses avec un punch rarement vu dans le cinéma français.

Continuer de lire « Balle perdue : de l’action nerveuse et efficace »

Da 5 Bloods ou Spike Lee dépassé par ses intentions

Deux ans après Blackkklansman, film fort et engagé, récompensé à Cannes et aux Oscars, Spike Lee nous livre son nouveau « joint ». Hasard du calendrier, le contexte socio-politique vient donner une saveur particulière à ce nouveau Netflix Original, d’un auteur reconnu pour ses prises de positions farouches en faveur de la communauté noire. Pourtant, s’il est une chose que ce film semble confirmer, c’est que la filmographie récente du cinéaste est sérieusement en dents de scie.

Continuer de lire « Da 5 Bloods ou Spike Lee dépassé par ses intentions »

365 Jours : Aussi mauvais que dangereux

Voilà quelques jours que le film polonais 365 Dni (365 Jours en VF) fait parler de lui sur les réseaux sociaux. Montré comme le 50 Nuances de Grey (paye ta référence) polonais, le film qui est disponible sur Netflix accumule tous les clichés et toutes les frayeurs qu’on pouvait avoir. Après visionnage, ce texte relève autant de la critique que d’un avertissement simple : ce film est dangereux.

Continuer de lire « 365 Jours : Aussi mauvais que dangereux »