Lux Aeterna ou quand le Chaos devient Art

Deux ans après son sublime Climax, Gaspar Noé est déjà de retour, pour notre plus grand plaisir, avec Lux Aeterna. Ce court métrage de 50 minutes, déjà passé à Cannes en séance de minuit l’an dernier, et commandé par Saint Laurent, est alors une nouvelle occasion pour le cinéaste français et fier de l’être de nous plonger dans la folie qui habite son œuvre, et ici plus précisément un tournage. À nouveau, il ne déçoit pas, au contraire, et lance la rentrée scolaire du cinéma français sur les chapeaux de roue.  

Lire la suite de « Lux Aeterna ou quand le Chaos devient Art »

Sortilège : Envoutement cinématographique

Vous-êtes-vous déjà demandés ce que ça donnerait un cocktail à base de Stanley Kubrick, Andrei Tarkovski, Terrence Malick et Apitchapong Weerasethakul ? Alaa Eddine Slim oui visiblement et son long-métrage SortilègeTlamess en version originale -, petite sensation de la Quinzaine des réalisateurs 2019, en est l’expression.

Lire la suite de « Sortilège : Envoutement cinématographique »

Le lac aux oies sauvages : Polar, romantisme et néons

Reparti bredouille de la Croisette cette année, Le lac aux oies sauvages, nouveau film de Diao Yinan, déjà auteur de Train de nuit ou Black Coal, vient nous faire coucou en plein cœur des fêtes en nous apportant un soupçon de noirceur ainsi qu’une pointe de romantisme.

Lire la suite de « Le lac aux oies sauvages : Polar, romantisme et néons »

Les Misérables : l’uppercut de cette fin d’année

Ladj Ly a frappé un très grand coup avec Les Misérables. Avec ce film, le cinéaste veut dénoncer la réalité qui anime les banlieues françaises. Brûlot contre l’État, film réaliste, qui ne tombe pas dans le mono-point de vue. C’est simple, rien d’aussi percutent n’a été fait sur le sujet depuis La Haine.

Lire la suite de « Les Misérables : l’uppercut de cette fin d’année »

Yves : (re)Montand

Aujourd’hui, il suffit de dire à un objet réagissant à notre voix qu’on veut écouter une certaine musique, faire nos courses, envoyer un message à nos proches, avoir un 27° bien fumant pour notre eau de bain et le tour est joué. Aussi édifiantes pour l’humanité que sont les avancées des technologies et les intelligences artificielles, le règne de l’assistanat n’a jamais été aussi proche de son comble grinçant. Quand on n’est plus capable de sortir pour choisir trois fruits parce qu’une appli peut le faire à notre place, il y a des questions à se poser.

Lire la suite de « Yves : (re)Montand »