Down with the King : Le couronnement d’un Roi ?

La 47ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville s’acheva sur la remise du Grand Prix au film Down with the King du réalisateur français Diego Ongaro. Ayant obtenu sa première diffusion française à l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) durant le Festival de Cannes en juillet dernier, le film acquière, avec ce Grand Prix, sa première récompense majeure.

Lire la suite de « Down with the King : Le couronnement d’un Roi ? »

Wes Hurley, réalisateur de Potato Dreams of America : « Je vis et je respire cinéma »

Potato Dreams of America était l’un de nos films préférés de cette 47e édition du Festival de Deauville. À cette occasion, on a discuté avec son réalisateur Wes Hurley de la genèse de ce film pas comme les autres mais aussi de son amour pour le cinéma.

Lire la suite de « Wes Hurley, réalisateur de Potato Dreams of America : « Je vis et je respire cinéma » »

The Novice : Baptême de l’eau pour Lauren Hadaway

Premier long-métrage de Lauren Hadaway, The Novice, en compétition au 74ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, condense tout le savoir-faire de sa réalisatrice au sein d’une seule et même oeuvre. Le film suit le parcours d’Alex Dall durant sa première année à l’université. Elle s’inscrit au club d’aviron de son école, mais sa recherche constante de l’excellence la pousse dans ses derniers retranchements. Afin de surpasser les autres étudiantes, Alex repousse toujours ses limites jusqu’à tomber dans l’obsessionnalisation de sa réussite personnelle. 

Lire la suite de « The Novice : Baptême de l’eau pour Lauren Hadaway »

John and the hole : Méfiez-vous du John qui dort

John a 13 ans et vit une vie qui semble idéale. Sa famille est aimante, iels vivent dans une grand maison à la lisière de la forêt et il s’entraîne régulièrement pour les qualifications d’un tournoi de tennis. Pourtant, John fait valser cette image de famille parfaite en commettant l’irréparable. Lors d’une de ses ballades en forêt, il découvre un ancien bunker en construction qui a laissé un trou béant et profond. Sur un coup de tête, il drogue sa mère, son père et sa sœur avant de les envoyer au fond du trou et de partir vivre sa vie comme si rien ne s’était passé.

Lire la suite de « John and the hole : Méfiez-vous du John qui dort »

La proie d’une ombre : Tiens bon la barque et tiens bon le vent

Beth est une femme meurtrie après que son mari se soit inexplicablement tiré une balle dans la tête au beau milieu du lac à côté de leur maison. Une mort brutale qu’elle essaie tant bien que mal de surmonter avec difficulté. Alors que ses nuits se résument à des cauchemars constants, elle sent que quelque chose ne va pas dans cette maison. Une présence semble semer le trouble alors qu’elle commence à faire les cartons pour déménager et quitter cet endroit. La curiosité la pique au vif et elle décide de fouiller dans les affaires de son mari dans lesquelles elle va découvrir de sombres secrets.

Lire la suite de « La proie d’une ombre : Tiens bon la barque et tiens bon le vent »

Dune : Marcher dans le sable

Denis Villeneuve doit décidément adorer avoir le poids du monde sur les épaules. Après avoir irrité les fans de Blade Runner jusqu’à la sortie de 2049 – qu’on a beaucoup aimé, mais qui a bien divisé –, le cinéaste canadien décide de s’atteler à un autre projet qui représente autant de difficultés qu’il lui promet une horde de détracteur·ice·s. Dune, le roman dit inadaptable, celui qui a valu à David Lynch ses premiers cheveux blancs – ou à Dino de Laurentiis ? À vous de voir – et a longtemps été fantasmé par les fans d’Alejandro Jodorowsky, voit enfin le jour dans une nouvelle version (vision?) toute belle toute neuve, qui attire autant d’excitation que d’appréhensions. L’occasion de voir si le roman de Frank Herbert trouve une adaptation qui lui porte grâce.

Lire la suite de « Dune : Marcher dans le sable »

Kate : Netflix/20

Mary Elizabeth Winstead qui casse des bouches dans ce qui semble être un film d’action mêlé de kung-fu et de yakuzas en tous genres, ça donne envie, non ? C’est sans oublier que Kate est estampillé Netflix, comme un vieille promesse que tout ce qui est attendu sera piétiné et aseptisé.

Lire la suite de « Kate : Netflix/20 »

atch the fair one : Round. catharthique

Kaylee est une boxeuse émérite qui s’est entraînée toute sa vie pour devenir la meilleure. Toute sa vie bascule le jour où sa petite soeur Weeta disparaît alors qu’elle rentrait à la maison. Depuis, plus aucune trace d’elle ni d’indices. Kaylee a abandonné la boxe (ou tout du moins les championnats car malgré tout elle continue de s’entrainer avec son coach) pour travailler en tant que serveuse dans un fast-food. Malgré tout, elle n’a pas abandonné les recherches concernant sa petite soeur et découvre qu’elle a été enlevée par un réseau de trafic sexuel. Ni une, ni deux, Kaylee décide d’infiltrer ce réseau pour espérer la retrouver mais c’était sans compter sur ces ennemis tout aussi intelligents et bien plus cruels.

Lire la suite de « atch the fair one : Round. catharthique »

Inexorable : Un deux trois Gloria

Deux ans après Adoration et son exil naturaliste en compagnie d’enfants perdu·es dans leurs émotions et leur envie d’émancipation, Fabrice Du Welz propose Inéxorable, nouvelle plongée dans la violence de mœurs, jouant avec des codes faisant penser à l’ami Claude Chabrol, et nouvelle collaboration avec Benoît Poelvoorde, qu’il se complaît à pousser dans de nouveaux retranchements.

Lire la suite de « Inexorable : Un deux trois Gloria »

The Last Son : le Barbare, la Brute et le Shérif

À la fin du 19ème siècle, apprenant l’existence d’une prophétie le destinant à être assassiné par l’un de ses enfants, Isaac LeMay décide de partir à la recherche de ceux-ci dans le but de les éliminer. Son fils Cal, lui aussi habité par une frénésie meurtrière, ainsi que des shérifs et des chasseurs, se mettent en travers de sa route et compliquent la tâche du père. 

Lire la suite de « The Last Son : le Barbare, la Brute et le Shérif »

City of lies : Are you dying out for me ?

Présenté au festival du film américain de Deauville alors qu’il patiente dans les tuyaux de la VOD depuis un moment, City of lies nous propose de retrouver Johnny Depp sur place, ici dans le rôle de Russell Poole, un policier qui aura consacré une grande partie de sa vie à enquêter sur les meurtres des rappeurs 2Pac et Notorious B.I.G. Un mystère toujours irrésolu, qui a laissé place à toutes les théories, fantasmes et complots possibles.

Lire la suite de « City of lies : Are you dying out for me ? »

Jim Carrey, l’Amérique démasquée : Ascendance et chute d’un Titan

À la base de ce projet documentaire, un livre en partie financé par le biais d’une plateforme de financement participatif en Juin 2020. Portrait de l’acteur américain vu par le prisme de l’évolution d’Hollywood, Jim Carrey, l’Amérique démasquée, de Adrien Dénouette, est le premier ouvrage de son auteur. Richement documenté et illustré, il est publié par la maison d’éditions Façonnage et est ainsi le point de départ du documentaire présenté dans le cadre de la sélection Les Docs de l’Oncle Sam au 74ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

Lire la suite de « Jim Carrey, l’Amérique démasquée : Ascendance et chute d’un Titan »

Potato Dreams of America : Top-tato made in USA

Passer du court au long métrage n’est jamais un exercice facile. Il le devient encore plus lorsqu’il s’agit d’étendre son idée de court à un format plus long. Jim Cummings l’avait fait en 2018 avec Thunder Road , c’est au tour de Wes Hurley de faire une version longue de Potato Dreams of America. Un exercice réussi haut la main.

Lire la suite de « Potato Dreams of America : Top-tato made in USA »

Ogre : Il y a un monstre sous mon lit

Décidément, le cinéma français n’aura de cesse que de s’approprier le genre sur ces dernières années. Ogre s’inscrit dans la lignée de La Nuée, choisissant de situer son intrigue à la campagne, mais tentant un exercice qui pioche tant dans le thriller psychologique que dans la folk horror, à différents degrés.

Lire la suite de « Ogre : Il y a un monstre sous mon lit »