Prisoners of the Ghostland : Cage-simir et le gloubiboulga

Pour les amateur·ices de cinéma nippon moderne, Prisoners of the Ghostland nourrit tous les fantasmes. Présenté à l’Étrange Festival, il représente les retrouvailles avec Sono Sion, auteur qu’il est souvent difficile de qualifier tant il peut osciller entre le génie absolu et le foutraque malhabile (mais qui n’en possède pas moins de charme). Rencontre entre le Japonais et Nicolas Cage, pour une association qui suscite autant d’excitation que d’appréhension, l’acteur étant lui aussi une boîte à surprises, qui peut émerveiller, ou énerver. Comme toujours avec le réalisateur, il faut venir préparé·e, même si cette fois, au-delà de l’expérience éprouvante, la qualité est difficilement au rendez-vous.

Lire la suite de « Prisoners of the Ghostland : Cage-simir et le gloubiboulga »

L’étang du Démon : Sauvés par le gong

Jamais édité en vidéo, ni diffusé à la télévision, L’étang du Démon a eu le droit à une restauration à l’été 2020. Grande chance que de rendre des raretés accessibles au grand public. C’est une sorte de magie du cinéma qui existe à travers des passionnés et entre autre de nombreux membres de l’équipe du film. 1979, shinoda décide d’adapter l’œuvre du romancier Kyōka Izumi. Il en ressort un film fortement inspiré du théâtre japonais communément appelé Kabuki. On y retrouve l’acteur Bandō Tamasaburō qui est un Onnagata, c’est à dire acteur qui joue une femme. De nombreux codes du Kabuki nourrissent l’œuvre de Masahiro Shinoda qui propose ainsi quelque chose de singulièrement intéressant

Lire la suite de « L’étang du Démon : Sauvés par le gong »

The Sadness : Sang pitié

Le prix du film le plus angoissant de l’année est décerné à The Sadness de Rob Jabbaz. Un long-métrage totalement barjo, autant que l’origine du projet. Le réalisateur canadien décide de faire un film à Taïwan avec l’aide d’un ami riche Taïwanais ancien rappeur millionnaire qui a fait fortune dans les sites de camgirls et la cryptomonnaie. Taïwan a été épargné pendant un temps du COVID, laissant à nos compères une place de choix pour parfaire la conception de The Sadness, lui permettant également d’avoir peu de concurrence lors de sa sortie. Sans grande surprise, ça a été le cas, mais ça n’a pas empêché pour The Sadness d’être un échec commercial. Aujourd’hui The Sadness a droit à une nouvelle chance en allant parader dans les festivals du monde, dont l’Étrange festival.

Lire la suite de « The Sadness : Sang pitié »

Barbaque : Comédie saignante

Terme populaire utilisé pour parler de viande de mauvaise qualité, la barbaque est un mot violent de par sa prononciation. Certes peu subtil, Barbaque essaie de nous faire comprendre à travers son titre qu’il ne sera pas aimable avec le spectateur. Fabrice Éboué lui-même n’est pas connu pour être un humoriste au ton doux et bienveillant. L’acidité de ses sketches donne en général au personnage un public assez divisé. Il n’en est pas à son premier film, et entre Case Départ et Co-Exister, il a eu le temps et l’expérience pour installer sa désinvolture à travers ses dernières comédies. On devrait par conséquent y retrouver un film plus abouti. Est-ce vraiment le cas?

Lire la suite de « Barbaque : Comédie saignante »